Dans le cabinet fantôme de Québec solidaire, Catherine Dorion sera porte-parole «en matière de culture nationale, d’affaires internationales et de solidarité intergénérationnelle».

Un premier vrai «cabinet fantôme» pour QS

La députée solidaire de Taschereau, Catherine Dorion, sera porte-parole de son parti «en matière de culture nationale, d’affaires internationales et de solidarité intergénérationnelle», révèle la composition du premier vrai «cabinet fantôme» de Québec solidaire.

Son voisin de la circonscription de Jean-Lesage, Sol Zanetti — qui provient tout comme elle de la filière d’Option nationale —, a entre autres été nommé responsable des dossiers de santé et de services sociaux, de souveraineté et de relations intergouvernementales canadiennes.

Chacun des 10 députés de Québec solidaire hérite de plusieurs responsabilités. La chose impressionne néanmoins moins qu’au Parti québécois.

C’est que les trois seuls députés que comptait Québec solidaire sous la précédente législature en avaient évidemment beaucoup plus chacun que les 10 actuels. Cette fois, et pour la première fois, la tarte a pu être répartie entre davantage de têtes.

Tandis qu’au sein de l’aile parlementaire péquiste, c’est l’inverse qui s’est produit. Les élus péquistes sont passés de près de 30 à 10 au soir du scrutin, ce qui fait que les actuels en ont plus sur les bras que c’était le cas sous la précédente législature.

La liste

À l’Assemblée nationale, Vincent Marissal, le tombeur du chef péquiste Jean-François Lisée dans Rosemont, interviendra principalement sur des questions de justice fiscale et de services publics. Dans le cabinet fantôme de QS, il a hérité des dossiers liés aux finances, à la fiscalité, au Conseil du trésor et à l’Agence du revenu.

Ruba Ghazal, qui a succédé à Amir Khadir dans Mercier, a été désignée par son parti responsable des questions de «transition économique et écologique», ce qui comprend les questions traitées par les ministères de l’Environnement, de l’Économie, des Transports et de l’Énergie.

Sur les délicats dossiers d’immigration et de laïcité, pour faire face au ministre Simon Jolin-Barrette, donc, Québec solidaire a choisi Andrés Fontecilla.

La députée Émilise Lessard-Therrien a été nommée responsable du «développement et de la vitalité des territoires», tandis qu’Alexandre Leduc suivra les dossiers liés au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ainsi que ceux de la Justice et de la Sécurité publique. Leur collègue Christine Labrie sera porte-parole de son parti en matière d’éducation, de famille et de condition féminine.

Les co-porte-parole

La co-parole et chef parlementaire, Manon Massé, portera les politiques de son parti en ce qui a trait aux affaires autochtones, aux changements climatiques et à la réforme du mode de scrutin.

Le co-porte-parole et leader parlementaire, Gabriel Nadeau-Dubois — et ancien leader étudiant —, interviendra plus spécifiquement sur les questions concernant l’éducation supérieure, et l’«éthique».

Le gouvernement de François Legault a dévoilé la composition de son conseil des ministres jeudi dernier. Le Parti libéral du Québec et le Parti québécois ont présenté celle de leur cabinet fantôme lundi.