Le chef conservateur Andrew Scheer a laissé ouverte la possibilité que de simples députés conservateurs puissent présenter des projets de loi d'initiative parlementaire visant à restreindre l'avortement.

Un groupe anti-avortement veut recruter du personnel pour les députés

OTTAWA — Un groupe s'opposant à l'avortement tente de recruter du personnel pour les nouveaux députés qui seront élus pour la première fois lundi.

RightNow, dont l'objectif est de faire élire des députés qui promettent de restreindre le droit à l'avortement, a réalisé un guide pour ses membres qui souhaiteraient faire partie du personnel politique d'un parlementaire.

«Nous sommes sur la voie de passer une très bonne soirée le 21 octobre. Un grand nombre de nouveaux venus opposés à l'avortement seront élus dans l'ensemble du pays», a indiqué lundi dernier le cofondateur du groupe, Scott Hayward, dans un courriel auquel le guide était joint. «Nos députés pro-vie auront besoin d'un personnel politique pro-vie. Il est de la plus haute importance que le mouvement contre l'avortement puisse disposer d'un excellent personnel politique.»

M. Hayward a ignoré les demandes d'entrevue. L'objectif avoué du groupe est de faire élire des politiciens qui sont opposés à l'avortement, selon son site internet.

RightNow s'est enregistré comme parti tiers auprès d'Élections Canada, mais aucun document financier du groupe n'a été publié, ce qui laisse sous-entendre qu'il n'a pas collecté ou dépassé le seuil des 10 000 $ nécessitant une publication immédiate.

Le guide de neuf pages couvre principalement les rouages du travail d'adjoint d'un élu. On y définit les tâches, l'horaire d'une journée. Il est aussi explicitement question de l'influence que peuvent exercer les membres du personnel d'un député.

«On dit couramment à la colline du Parlement que le personnel est politique. Rien n'est plus vrai. Les personnes gravitant autour de la prise de décision et du pouvoir ont une grande influence sur la politique, peut-on lire dans le document. Chacun apporte ses opinions, ses préjugés et ses expériences. Par conséquent, si un bureau ou un ministère est doté de conservateurs favorables à l'avortement, les décisions, politiques et actions prises ou prises par ce bureau refléteront cet aspect du spectre politique.»

Les membres du personnel d'un député auront «l'occasion d'influencer ceux qui les entourent», même leurs collègues travaillant pour d'autres élus ou pour un cabinet ministériel. Ils permettront que la vision des opposants à l'avortement et leur logique «soient prises en compte».

Ils seront en mesure d'attirer l'attention de leur patron sur les événements ayant une incidence sur le mouvement d'opposition à l'avortement et de suggérer des actions possibles comme la publication d'un communiqué de presse ou la rédaction d'une résolution à présenter à la Chambre des communes. Leur présence au sein du personnel d'un élu peut constituer «un énorme soutien et un encouragement» pour les députés voulant s'exprimer publiquement leur opposition à l'avortement.

Le groupe signale aussi que la discrétion est une des principales qualités d'un membre du personnel politique.

«Faites attention à ce que vous dites et à qui vous le dîtes, même au sein du caucus de votre parti. Cela est particulièrement aux questions touchant l'avortement. Il existe de nombreuses personnes au sein des partis qui ne sont pas de notre côté et qui aimeraient savoir sur quoi nous travaillons afin de nous contrer.»

AbonnezvousBarometre

Dans son courriel, M. Hayward a indiqué dans son courriel que RightNow avait un «coordinateur des ressources humaines» qui aiderait les personnes intéressées à postuler pour un poste de personnel politique.

Le chef conservateur Andrew Scheer, qui est personnellement contre l'avortement, a déclaré qu'un gouvernement dirigé par lui ne rouvrirait pas le débat sur l'avortement et s'opposerait à toute tentative de légiférer sur la question. Mais M. Scheer a laissé ouverte la possibilité que de simples députés conservateurs puissent présenter des projets de loi d'initiative parlementaire visant à restreindre l'avortement.

Les libéraux et le NPD sont officiellement des partis favorables au choix. Bien que certains candidats libéraux soient personnellement opposés à l'avortement, ils n'ont pu obtenir l'autorisation du parti qu'à condition de soutenir le droit d'une femme au libre choix s'il y avait un vote sur la question.

La chef de file verte, Elizabeth May, a déclaré que son parti était également pro-choix, même si elle avait initialement déclaré elle n'avait pas le pouvoir de dire aux députés quels projets de loi ils pouvaient ou ne pouvaient pas présenter.