Le gouvernement Trudeau a demandé à la nouvelle commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de réformer et de moderniser la culture de la police fédérale canadienne, de protéger ses employés du harcèlement et de la violence en milieu de travail, et de s’attaquer à la réconciliation avec les Autochtones.

Trudeau veut réformer et moderniser la GRC

OTTAWA — Le gouvernement Trudeau a demandé à la nouvelle commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de réformer et de moderniser la culture de la police fédérale canadienne, de protéger ses employés du harcèlement et de la violence en milieu de travail, et de s’attaquer à la réconciliation avec les Autochtones.

Le gouvernement demande aussi à la commissaire Brenda Lucki d’assurer une plus grande diversité au sein de la police fédérale, en adoptant la parité entre les sexes et en s’assurant que les femmes, les Autochtones et les minorités seront représentés dans des postes de direction.

«Il est important que les Canadiens se reconnaissent chez les personnes qui assurent leurs services de police», écrit le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, dans la lettre de mandat transmise à la nouvelle commissaire de la GRC, et rendue publique lundi. «La GRC doit être un service de police moderne, qui reflète les valeurs et la culture du Canada, et qui peut compter sur la confiance et le soutien enthousiaste des personnes qu’elle sert.»

La lettre de mandat indique aussi que la nouvelle commissaire devra mettre en œuvre des mesures favorisant la santé mentale et le mieux-être dans l’ensemble de la GRC, notamment en réglant les problèmes soulignés dans le rapport présenté au printemps 2017 par le Vérificateur général du Canada sur le manque de soutien en santé mentale pour les employés.

Mme Lucki, âgée de 53 ans, a pris les commandes du corps policier national le 16 avril, devenant la 24e commissaire de la GRC - et la première femme à occuper ce poste sur une base permanente. Mais elle hérite d’une organisation accablée par des problèmes de harcèlement et d’intimidation.

Il y a un an et demi, son prédécesseur, Bob Paulson, avait présenté les excuses de la GRC à toutes les femmes et à tous les employés qui avaient subi de la discrimination ou du harcèlement, depuis 40 ans. Ces excuses sont venues au moment où le corps policier réglait à l’amiable des actions collectives.

Elle-même intimidée?

Lorsqu’on demande à Mme Lucki si elle réussira à régler le problème, ce seul mot la fait sourciller. «Je ne crois pas que les gens se lèvent un matin en se disant : «Aujourd’hui, je vais intimider ou harceler quelqu’un au travail» - ce n’est pas si simple. Alors, nous devons identifier les racines et tenter d’aller au cœur des choses», confie-t-elle dans une entrevue accordée à La Presse canadienne. Et elle compte sur chacun des employés de la GRC pour avoir le courage d’être non seulement responsable de leurs actes, mais aussi de ceux de ses collègues.

«On n’éradiquera pas le harcèlement, mais on doit former les gens et s’assurer qu’ils sont conscients de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas.»

Après 32 ans de service au sein de la GRC, Mme Lucki a-t-elle subi elle-même du harcèlement ou de l’intimidation? Elle répond par une laborieuse circonvolution : «Je ferais preuve de négligence si je ne vous disais pas que tout n’a pas été parfait. Mais en général, je peux dire que j’ai eu une belle carrière, et je dis souvent : ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts. Bien sûr, j’ai connu des situations inconfortables, mais j’y ai fait face.»

Pendant ses longues années de carrière au sein de la GRC, Brenda Lucki a été en poste au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Alberta et en Saskatchewan. Dans le nord du Manitoba, ses efforts pour améliorer les relations entre les policiers fédéraux et les Autochtones ont été salués. Elle a aussi fait partie d’une mission des Nations unies en ex-Yougoslavie, et elle a participé à la sélection et la formation de policiers de la GRC déployés en Haïti sous l’égide de l’ONU.

Depuis octobre 2016, Mme Lucki était commissaire de la «Division Dépôt» de la GRC à Regina, en Saskatchewan, qui forme les membres de la police fédérale depuis 1885.

Diplômée en psychologie et sociologie de l’Université de l’Alberta, elle a aussi étudié la gestion et le leadership à la faculté d’administration de l’Université du Manitoba. Une formation qui lui sera probablement très utile pour la gestion d’un effectif de 18 500 policiers.

«Je souhaite que mes employés arrivent au travail tous les matins en étant fiers de leur organisation», dit-elle, le regard fixé vers le 150e anniversaire, en 2023, de cette «police montée» créée en 1873 dans les Prairies par le premier ministre John A. Macdonald.

+

TRUDEAU NOMME SA NOUVELLE CONSEILLÈRE EN SÉCURITÉ NATIONALE

Le premier ministre Justin Trudeau est allé chercher sa nouvelle conseillère en sécurité nationale dans l’antre du très discret Centre de la sécurité des télécommunications (CST).

Greta Bossenmaier, qui est actuellement chef de l’agence du renseignement électronique, sera la nouvelle conseillère du premier ministre en matière de sécurité nationale et de renseignement.

Mme Bossenmaier entrera en poste le 23 mai pour succéder à Daniel Jean, qui prend sa retraite après 35 ans au sein de la fonction publique.

M. Jean avait fait les manchettes dernièrement, lorsqu’il avait suggéré que certaines factions au sein du gouvernement en Inde avaient tenté de saboter le voyage du premier ministre Trudeau dans ce pays, en février.

Il avait fait cette déclaration après qu’il eut été révélé que Jaspal Atwal - un sikh de la Colombie-Britannique reconnu coupable d’avoir tenté d’assassiner un ministre indien en 1986 - avait été invité à deux événements auxquels participait le premier ministre lors de son séjour en Inde.

Pendant une séance d’information avec des journalistes, M. Jean avait soumis l’hypothèse que certaines factions pourraient avoir invité l’homme controversé afin de s’assurer que le premier ministre Narendra Modi ne se rapproche pas trop de son homologue canadien, perçu comme étant trop sympathique à la cause des séparatistes sikhs.

Daniel Jean avait annoncé qu’il prenait sa retraite en janvier, avant que cette controverse n’éclate.

Dans son communiqué annonçant la nomination de Mme Bossenmaier, Justin Trudeau a souligné la «carrière exceptionnelle» de M. Jean.

«M. Jean a servi les Canadiens avec dévouement, intégrité et excellence au cours des 35 dernières années, y compris dans des postes de haute direction tels que sous-ministre des Affaires étrangères et sous-ministre du Patrimoine canadien», a déclaré le premier ministre.