La famille du premier ministre, incluant son épouse Sophie Grégoire Trudeau et leurs enfants Xavier, Ella-Grace et Hadrien, a procédé aux salutations traditionnelles indiennes à sa sortie de l’avion, au grand plaisir des dignitaires et journalistes locaux présents pour l’accueillir.

Trudeau en Inde: commerce, éducation et droits de la personne à l'agenda

Le premier ministre Justin Trudeau est arrivé avec sa famille en fin de journée samedi, à New Delhi, pour une mission d’une semaine en Inde.

Le ministre Justin Trudeau, en voyage officiel en Inde, est arrivé samedi à New Delhi.

La famille du premier ministre, incluant son épouse Sophie Grégoire Trudeau et leurs enfants Xavier, Ella-Grace et Hadrien, a procédé aux salutations traditionnelles indiennes à sa sortie de l’avion, au grand plaisir des dignitaires et journalistes locaux présents pour l’accueillir.

Les Trudeau ont été reçus par Nadir Patel, Haut-commissaire du Canada en Inde, son épouse Jennifer Graham et leur fille de deux ans Nylah.

Le petit Hadrien a volé la vedette lors de la cérémonie en s’emparant d’un bouquet de fleurs remis à son père par un dignitaire indien.

Après un long voyage et une cérémonie d’accueil à l’aéroport de la capitale, M. Trudeau devait s’accorder une journée de repos.

Dimanche, le premier ministre et son épouse Sophie Grégoire se rendront à Agra, où ils visiteront le Taj Mahal, le célèbre mausolée de marbre blanc.

Le couple retournera par la suite à New Delhi, où M. Trudeau participera à une table ronde avec des dirigeants de la société civile indienne.

Quatre ministres 

Dans ce voyage d’une semaine, le premier ministre est notamment accompagné de quatre de ses ministres qui sont d’origine indienne.

Des enjeux de commerce, d’éducation, de droits des femmes et de droits de la personne sont au programme.

Justin Trudeau doit rencontrer vendredi prochain le président indien Ram Nath Kovind et le premier ministre Narendra Modi, au palais présidentiel de Delhi.

«Décollage pour l’Inde en vue d’une visite bien remplie, axée sur la création de bons emplois et le resserrement des liens étroits entre les populations de nos deux pays», pouvait-on lire dans un message sur le compte Twitter du premier ministre accompagné d’une photo de famille sur le seuil de la porte de l’avion à Ottawa.

Le haut-commissaire de l’Inde au Canada, Vikas Swaraup, était aussi présent sur le tapis rouge pour attendre la famille Trudeau à son arrivée.

Saga des légumineuses

C’est le ministre d’État à l’Agriculture de l’Inde, Gajendra Singh Shekhawat, qui a été le premier à serrer la main de Justin Trudeau. C’est aussi lui qui a offert le bouquet de fleurs avec lequel le petit Hadrien a tenté de s’enfuir.

La présence de Gajendra Singh Shekhawat n’est pas anodine puisque parmi les enjeux qui devraient être abordés par M. Trudeau, on note la récente imposition de tarifs douaniers en Inde sur les importations de pois chiches et d’autres légumineuses.

Des tarifs douaniers de 30 % ont été imposés sur les pois chiches et les lentilles tout juste avant Noël. Ils ont ensuite été rehaussés à 40 % depuis le 6 février. Le gouvernement indien justifie sa décision par la chute des prix sur le marché international, la production mondiale abondante et l’impact négatif sur les producteurs locaux ainsi que sur les prix.

En novembre dernier, des tarifs douaniers de 50 % ont été imposés sur les importations de pois jaunes.

Le porte-parole conservateur en matière de commerce international, Dean Allison, a critiqué le premier ministre Trudeau pour ne pas avoir invité le ministre de l’Agriculture Lawrence MacAulay afin de régler ce différend.

Justin Trudeau est plutôt entouré des ministres Navdeep Bains (Innovation), Bardish Chagger (Petites Entreprises et Tourisme), Kirsty Duncan (Science) et Amarjeet Sohi (Infrastructure). Les ministres Chrystia Freeland (Foreign Affairs) et Harjit Sajjan (Défense) vont les rejoindre au cours de la semaine.

Selon Dean Allison, le premier ministre doit expliquer ce qu’il entend faire pour mettre fin à ces tarifs douaniers, alors que son ministre de l’Agriculture n’est pas présent à la table de discussion. L’Inde représente un important marché pour les producteurs canadiens de légumineuses.

La sécurité va aussi occuper une importante partie des discussions, plus précisément les questions de défense et de lutte antiterrorisme. Le conseiller à la sécurité nationale et au renseignement du premier ministre, Daniel Jean, se trouvait en Inde la semaine dernière dans le but de préparer la table pour certaines rencontres sur le sujet.