Le premier ministre Justin Trudeau a dû répondre jeudi soir à des questions franches.

Trudeau doit réponde à plusieurs questions franches lors d'une assemblée

REGINA — Le premier ministre Justin Trudeau a dû répondre jeudi soir à des questions franches, notamment celles d'un homme qui craint que les politiques fédérales d'immigration mettent des vies en danger, lors d'une assemblée publique.

L'individu a prétendu que la politique gouvernementale menaçait les libertés. Il a ajouté que l'islam et le christianisme ne faisaient pas bon ménage tout en affirmant que les immigrants voulaient tuer des Canadiens.

Le premier ministre a répondu en déclarant que la population pouvait avoir confiance envers le système. Il a aussi souligné que les immigrants aidaient à renforcer l'économie tout en rendant les collectivités plus résilientes.

M. Trudeau a dû aussi expliquer les raisons pour lesquelles le Canada honorait un contrat de vente de véhicules blindés légers à l'Arabie saoudite. Il a expliqué que le gouvernement fédéral devait respecter les modalités d'un contrat complexe signé par le gouvernement précédent. Il a raffermi ses intentions de toujours défendre les droits de la population.

Pendant ce temps, à l'extérieur, des protestataires manifestaient leur appui envers l'industrie pétrolière. Certains brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire divers slogans comme «Le Canada a besoin des emplois fournis par les oléoducs».