Jean-Louis Dufresne, chef de cabinet du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, en compagnie du ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Transfuge de la CAQ: le chef de cabinet du PM ignore la mise en demeure

Le chef de cabinet du premier ministre, Jean-Louis Dufresne, a ignoré la mise en demeure transmise par la Coalition avenir Québec (CAQ) au sujet du transfuge Yan Plante.
Alors que les avocats de la CAQ et ceux de M. Plante ont discuté, lundi en fin d'après-midi, aucun signe n'a été donné par le bras droit du premier ministre à l'expiration du délai fixé à 17h.
«Nous sommes en réflexion pour la suite des choses», a fait savoir le porte-parole caquiste Samuel Poulin. La CAQ rencontrera à nouveau la Sûreté du Québec mercredi ou jeudi en lien avec les documents «confidentiels et hautement stratégiques» pris par deux transfuges avant de passer chez les libéraux.
La semaine dernière, un huissier a apporté deux mises en demeure au bureau de Philippe Couillard. L'une pour M. Plante, ex-chef de cabinet adjoint de François Legault embauché au cabinet du premier ministre, une autre pour M. Dufresne. Elles visent à s'assurer que les documents obtenus ont été détruits ou remis à la CAQ et à savoir qui a pu en prendre connaissance. 
Défendu par Couillard
Mercredi, le premier ministre a défendu M. Plante, a assuré que «toutes les vérifications ont été faites» dans son cas, avant que son employé ne remette sa démission le lendemain. Parmi les documents qu'il se serait transmis à son adresse personnelle, la CAQ dit en avoir retracé certains liés à la «planification parlementaire et électorale» du parti.
La semaine dernière, le bureau du premier ministre a évoqué l'existence d'une lettre datée du 9 septembre dans laquelle M. Plante assurerait avoir détruit tous les documents. Une missive qui pourrait démontrer que l'ex-caquiste a bel et bien pris les éléments d'information en question. Interrogé sur le sujet, lundi, le cabinet de M. Couillard s'est limité à dire qu'il n'avait «pas de commentaire».
À la CAQ, on soutient que, si la lettre existe, elle démontre que le chef de cabinet Dufresne a maintenu en poste M. Plante même s'il savait qu'il avait pris des documents à son ancien employeur.
Quelques jours avant le cas de M. Plante, un autre transfuge caquiste, Frédéric Schautaud, s'est disqualifié pour un poste au cabinet de la ministre Dominique Anglade parce qu'il s'est approprié sans droit des documents. Dans ce cas aussi, le premier ministre l'a d'abord défendu. Le ministère du Conseil exécutif a suspendu M. Schautaud avec traitement le temps de statuer s'il pourra ou non réintégrer son poste dans la fonction publique.