Ottawa, contrairement aux gouvernements provinciaux, dispose de la marge de manoeuvre nécessaire pour financer correctement les soins de santé au Québec et dans les autres provinces, a fait valoir lundi le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Transferts en santé: Québec maintient la pression sur le fédéral

La table est mise pour une confrontation entre le gouvernement de Justin Trudeau et les provinces, au premier chef le Québec, sur les montants versés par Ottawa pour la santé des Canadiens.
Des milliards de dollars sont en jeu. Le Québec continue à maintenir la pression sur Ottawa pour que le gouvernement fédéral renonce à son projet de couper de moitié l'augmentation annuelle des sommes versées.
Car Ottawa, contrairement aux gouvernements provinciaux, dispose de la marge de manoeuvre nécessaire pour financer correctement les soins de santé au Québec et dans les autres provinces, a fait valoir lundi le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.
«C'est le gouvernement fédéral qui a la marge de manoeuvre» financière, a martelé le ministre Barrette, qui multiplie depuis des semaines les sorties publiques pour réclamer du gouvernement fédéral un financement considérablement accru des transferts en santé, et ce, sans condition, une autre pomme de discorde entre Ottawa et Québec.
front commun en vue
Avec ses homologues des autres provinces, M. Barrette participe jusqu'à mardi à Toronto à une rencontre fédérale-provinciale visant précisément à faire avancer le dossier controversé du financement de la santé.
Il s'attend à ce que les provinces fassent front commun devant la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, qui les rencontrera mardi.
Québec demande à Ottawa un ajout annuel de 6 % des transferts fédéraux, comme c'est le cas actuellement, tandis que le gouvernement Trudeau veut fixer la hausse à 3 %, une hérésie, selon Barrette.
Ce dernier estime que le gouvernement fédéral ne peut pas se défiler ainsi, alors que la population vieillit et que deux défis majeurs se posent au réseau : développer les services de maintien à domicile et assurer de meilleurs soins de santé mentale.