À la veille du budget fédéral, le gouvernement Couillard réclame qu'Ottawa s'engage en faveur du SRB.

SRB: Couillard veut un engagement fédéral

Le gouvernement Couillard réclame des engagements clairs d'Ottawa pour le SRB (le service rapide par bus) à Québec et à Lévis, ainsi que pour le prolongement de la ligne bleue du métro et le futur Réseau électrique métropolitain (REM), à Montréal.
«On s'attend à ce que le gouvernement fédéral répète son soutien pour ces trois projets-là», a déclaré le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à quelques heures de la présentation du budget fédéral 2017-2018.
«Pas uniquement pour le REM, a-t-il insisté. Également la ligne bleue à Montréal et le SRB, ici à Québec. On s'attend à avoir un signal très fort venant d'Ottawa quant au soutien et à la participation du gouvernement fédéral à ces projets.»
Le budget fédéral est écrit depuis quelque temps déjà. Philippe Couillard en convient. Il rappelle cependant avoir déjà discuté de ces dossiers avec son homologue canadien, Justin Trudeau.
À ses yeux, il serait «inacceptable» que le gouvernement fédéral ne soit pas au rendez-vous.
M. Couillard a assuré que le budget que présentera son ministre des Finances, Carlos Leitão, mardi prochain, révélera «les horizons» sur lesquels son propre gouvernement «travaille» dans ces dossiers de transport collectif. Ce sera assez précis, a-t-il dit.
Il semble toutefois que cela le sera davantage dans le cas du REM que dans ceux de la ligne bleue et du SRB de Québec et Lévis.
En décembre, M. Couillard avait indiqué que le SRB devrait être financé à parts égales par les gouvernements du Québec et du Canada. «Nous, notre requête, ça va être que ce soit 50-50», avait-il affirmé.
«Il y a des règles du gouvernement fédéral qui peuvent s'appliquer et qui font en sorte que ce soit moins de 50 %, avait-il néanmoins reconnu. On verra... À ce moment-là, il faudra certainement que d'autres payeurs, d'autres bailleurs de fonds interviennent, notamment les municipalités concernées. Mais on veut présenter ce projet-là comme un projet important, stratégique», avait assuré le premier ministre québécois.
Le coût du SRB est évalué à plus de 1 milliard $.
«Juste part»
Le gouvernement Couillard demande par ailleurs à Ottawa que la future Banque des infrastructures du Canada soit installée à Montréal.
De façon plus générale, et toujours à propos du budget fédéral, il dit vouloir «recevoir sa juste part des fonds fédéraux, que ce soit en infrastructures ou en recherche et innovation».
«Nous nous attendons à ce que le gouvernement fédéral reconnaisse notre expertise en matière de recherche et d'innovation et à ce que le Québec obtienne sa juste part des fonds destinés à soutenir la recherche et le développement dans nos secteurs de pointe», a déclaré le ministre Carlos Leitão.
Malgré l'entente récente avec Ottawa sur les transferts en santé, le gouvernement Couillard réaffirme «que les pressions sur le financement des services à la population demeurent très importantes et que les transferts fédéraux ne suffisent pas à plus long terme».
Le Parti québécois et la Coalition avenir Québec jugent que les demandes de Québec relèvent du strict minimum.
Budget fédéral: Deltell demande aux libéraux de respecter leurs promesses pour Québec
Si les libéraux ont bien performé au chapitre de la réalisation de leurs promesses électorales à l'échelle nationale, il en est tout autre pour la région de Québec selon le député conservateur de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell. 
«Il est temps que le Parti libéral livre la marchandise», lance le porte-parole en matière de finances de son parti. M. Deltell s'explique mal ce qu'il juge être une mauvaise performance des libéraux dans la région de Québec après quasi 18 mois au pouvoir d'autant plus que tous les partis s'entendaient sur la même liste d'épicerie lors de la campagne électorale de 2015. 
En tête de liste, il cite le projet Beauport 2020 qui n'a pas, selon lui, été mis de l'avant par les troupes de Justin Trudeau alors qu'il s'agit «d'un vecteur d'emplois et de richesse important». Idem avec le projet d'Institut nordique de l'Université Laval qui n'a pas encore reçu sa part du fédéral et celui du plan d'expansion de l'Institut national d'optique (INO). Il rappelle en terminant que l'échéance fixée par le parti au pouvoir de régler le problème de peinture du pont de Québec est largement dépassée. «Tout ça devrait être dans le budget», conclut-il. Annie Mathieu