Selon la sociologue Claire Durand, qui a analysé 125 sondages, le désintérêt des jeunes pour la souveraineté du Québec croît depuis près de 15 ans.

Souveraineté: du porte-à-porte pour la cause

À compter du dimanche 26 octobre, des indépendantistes, surtout des jeunes, feront du porte-à-porte dans plusieurs villes et villages du Québec afin de prendre le pouls de la population sur la question nationale.
Depuis un an, dans le cadre de l'Opération Bélier, une initiative du réseau Cap sur l'indépendance qui chapeaute une trentaine de groupes citoyens, des dizaines de militants de la cause souverainiste ont consacré une soirée par semaine pour sonder des citoyens concernant l'idée de souveraineté.
Le président de la Société Saint-Jean Baptiste, Maxime Laporte, a dressé ce samedi un bilan positif de l'opération même si la question nationale semble loin de la tête de lice des préoccupations des Québécois depuis un certain temps.
Pour M. Laporte, les indépendantistes ont beaucoup parlé entre eux ces dernières années et il est temps d'aller écouter ce que disent les autres citoyens.
Et de convaincre, en même temps. À ce propos, il juge important de lier la question nationale à des enjeux de société, citant en exemple le dossier du transport du pétrole par voie fluviale pour lequel, selon lui, le Québec a peu d'emprise.
Pour le jour du lancement de cette initiative que l'on veut permanente, la journée se terminera par un spectacle à la salle Le National, dans le centre-sud de Montréal, avec le groupe rap Loco Locass et Alexandre Belliard, un auteur-compositeur-interprète. On a aussi prévu des discours de leaders syndicaux, de membres des communautés culturelles et même que d'une représentante de l'assemblée nationale catalane.
Cet événement sera diffusé sur le Web.