Selon le sondage, une chose est claire, Pierre Karl Péladeau représente de loin la meilleure chance pour le PQ. Ses trois adversaires qui siègent à l'Assemblée nationale forment loin derrière un peloton serré.

Sondage CROP: Péladeau flatté par les résultats

Pierre Karl Péladeau est flatté par les résultats du dernier sondage CROP qui démontrent, selon lui, que la souveraineté exerce un bon pouvoir d'attraction auprès des électeurs.
«Je suis honoré de la confiance dont les Québécois me témoignent, a réagi le député de Saint-Jérôme. «C'est une bonne nouvelle.»
Jeudi, Le Soleil a publié un sondage qui montre qu'un Parti québécois dirigé par Pierre Karl Péladeau obtiendrait 37 % des intentions de vote, contre 33 % pour les libéraux de Philippe Couillard. L'actionnaire majoritaire de Québecor est le seul aspirant chef qui permet au PQ de rêver au pouvoir, d'après le coup de sonde. 
«Chose certaine, dit-il, je pense que la candidature de la souveraineté - la raison de mon engagement en politique - doit certainement témoigner de sincérité et d'attraction.»
Les chiffres du sondage confortent le candidat Péladeau dans son approche quant à l'indépendance du Québec. Les souverainistes pressés voient en lui le plus à même de faire naître le pays dans un premier mandat. «Moi [la souveraineté], c'est mon engagement en politique, affirme-t-il. Il semble qu'effectivement, les Québécois soient intéressés. En tout cas, certainement du côté des militants du PQ.» 
Le sondage mesure l'appui à la souveraineté à 36 % dans la population. Le baron de la presse reconnaît sans ambage que sa notoriété lui donne un coup de pouce dans la sphère politique. «Je ne peux pas cacher ma notoriété, a déclaré M. Péladeau. J'ai été quand même dans le milieu des affaires pendant plusieurs années. Le nier serait illusoire. Oui, ça a une influence. J'en suis presque certain.» 
Analyse partagée
Une analyse partagée par une autre candidate à la chefferie, Martine Ouellet. «On voit que ce sondage est beaucoup un sondage de notoriété, a-t-elle commenté. Je suis de plus en plus connue. Je vois déjà la différence par rapport à il y a quelques mois.»
La députée de Vachon estime être celle qui présente la démarche «la plus claire» et la «plus structurée» d'accession à l'indépendance. 
Le député Alexandre Cloutier assure que le retard des autres candidats sur M. Péladeau ne le décourage «pas du tout». «Au contraire, a-t-il assuré. Je suis rempli d'énergie. Les débats ne sont pas encore commencés. Je vous invite à être très attentif sur le contenu.»
Pour sa part, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, réitère qu'il s'attendait à une lune de miel entre M. Péladeau et les Québécois. Même qu'il estimait qu'elle serait plus intense. «Honnêtement, je m'attendais à ce qu'il soit plus haut que ça, indique M. Legault. Moi, quand je suis arrivé, j'étais à peu près à 50 % dans les sondages. Donc, il commence plus bas que moi.»
Dès que les Québécois commenceront à s'intéresser de plus près à M. Péladeau, ils déchanteront, croit-il. «Est-ce que les Québécois veulent vraiment d'un référendum et de M. Péladeau et de ses idées? demande-t-il. Je pense que la lune de miel ne va pas durer. Ça ne m'inquiète pas.»