Michael Ignatieff

Sondage CROP-Le Soleil-La Presse: le PLC dépasse le Bloc

L'opération séduction que Michael Ignatieff mène au Québec depuis quelques semaines semble donner d'excellents résultats. Pour la première fois depuis le scandale des commandites, le Parti libéral du Canada devance le Bloc québécois dans les intentions de vote au Québec.
Un nouveau sondage CROP place le Parti libéral du Canada en première place des intentions de vote des Québécois, six points devant le Bloc québécois. Si des élections fédérales avaient lieu aujour­d'hui, les libéraux récolteraient 37 % du vote québécois, contre 31 % pour les bloquistes. Les conservateurs seraient laissés loin derrière avec seulement 15 % des voix, trois points devant les néo-démocrates, à 12 %. (Tableau)
Traversée du désert
La longue traversée du désert des libéraux semble être finalement terminée. C'est la première fois depuis le scandale des commandites que les libéraux font aussi bonne figure au Québec, explique Maïalène Wilkins, de chez CROP. «Il faut remonter à janvier 2004, alors que les libéraux récoltaient 51 % des intentions de vote contre 33 % pour le Bloc. À l'époque, Paul Martin venait de prendre les commandes du parti et la vérificatrice générale n'avait pas encore déposé son rapport sur les commandites.»
Depuis un mois, les libéraux ont fait un bond de sept points dans les intentions de vote au Québec. Le sondage CROP de la mi-mars les plaçait bon deuxièmes à 30 % contre 35 % pour le Bloc québécois.
Présence médiatique
«Cette remontée peut s'expliquer par le fait que Michael Ignatieff a été très présent au Québec dans le dernier mois, indique Mme Wilkins. Il a prononcé son premier discours d'envergure au Québec, il a été invité à l'émission Tout le monde en parle et il a fait une tournée médiatique pour le lancement de son livre.»
Michael Ignatieff est aussi perçu comme le chef de parti qui ferait le meilleur premier ministre par 45 % des Québécois interrogés. Jack Layton le suit à 20 % et l'impopularité de Stephen Harper se confirme, lui qui récolte la faveur de seulement 17 % des sondés.
«Ignatieff jouit d'un bon capital de sympathie au Québec et il a mené une opération charme qui a fonctionné. Il vit présentement une lune de miel avec les Québécois. Cependant, il faut rester prudent devant ces résultats puisque les nouveaux chefs de parti vivent souvent cette situation», prévient Mme Wilkins. Selon la spécialiste, les prochains mois seront à surveiller, alors que le chef libéral devra présenter des idées et des politiques plus concrètes.
Chute des conservateurs
Maïalène Wilkins note que ce sondage confirme la chute des appuis aux conservateurs au Québec. Depuis les élections du 14 octobre dernier, le Parti conservateur a chuté de sept points dans les intentions de vote. «Le Parti libéral redevient l'alternative fédéraliste au Bloc québécois.»
Le sondage téléphonique a été réalisé auprès de 1000 personnes du 16 au 26 avril 2009. La marge d'erreur est de 3 %, 19 fois sur 20.