Solidarité sociale: Québec corrige le tir

Le gouvernement atténue une iniquité qui touche les personnes handicapées hébergées en ressource intermédiaire ou dans un milieu familial.

Depuis le début de 2018, ces personnes voient une hausse de 73 $ par mois des prestations de solidarité sociale leur échapper, car la Régie de l’assurance maladie (RAMQ) leur réclame exactement le même montant. Ce qu’ils reçoivent d’une main (du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale), leur est repris de l’autre (par le ministère de la Santé).

Après avoir entendu les doléances des groupes communautaires, le gouvernement accepte de corriger le tir. Comme le montant de 73 $ par mois représente une hausse des prestations de solidarité sociale de 8%, les personnes handicapées qui vivent en ressource intermédiaire ou dans un milieu familial auront plutôt droit à une augmentation de 8% de leur allocation pour dépenses personnelles, ce qui représente 16 $ par mois. 

«C’est une solution qui nous a été proposée par le milieu et que l’on trouve équitable», soumet Simon Laboisonnière, l’attaché de presse du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale François Blais. 

«Est-ce que c’est satisfaisant? C’est un grand mot. Mais comme le logis et le couvert de ces personnes-là sont déjà assurés, on pense que ça rétablit l’équité avec les autres. On a fait des représentations pour qu’au minimum, elles aient droit à ça», réagit Véronique Vézina, présidente de la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec (COPHAN). 

Cette solution a été proposée en collaboration avec d’autres groupes, soit l’Association du Québec pour l’intégration sociale (AQIS), l’Alliance québécoise des regroupements régionaux pour l’intégration des personnes handicapées (AQRIPH) et le Réseau communautaire en santé mentale (COSME). 

Les personnes qui ont des contraintes sévères à l’emploi devront toutefois attendre que le projet de loi 173 sur un revenu de base soit adopté avant que cette correction entre en vigueur. Ce projet de loi a été présenté il y a deux semaines et c’est dans les intentions réglementaires qui l’accompagnent que ce problème est adressé.