Régis Labeaume et Philippe Couillard ont tenté de consoler du mieux qu'ils pouvaient un membre de la diaspora musulmane, lundi matin.

Solidarité en bloc des élus avec la communauté musulmane

Au lendemain de l'attaque ayant fait six morts dans une mosquée, la Ville de Québec se met «au service» de la communauté musulmane, a dit le maire Régis Labeaume dans une gigantesque manifestation de soutien et de fraternité d'élus de tous les horizons politiques.
Le premier ministre Philippe Couillard, le chef du Parti québécois Jean-François Lisée, des politiciens provinciaux, fédéraux et municipaux étaient tous présents dans une salle bondée de journalistes lundi matin à l'hôtel de ville de Québec.
Le premier ministre canadien Justin Trudeau est aussi en route pour la capitale.
À l'unisson, tous ont appelé au rassemblement et à la nécessité de se «serrer les coudes» après l'attentat terroriste qui a fait six morts au Centre culturel islamique de Québec. Une manifestation de solidarité qui «fait chaud au coeur», ont dit les représentants de la communauté musulmane.
«Le premier message est "nous sommes à votre service"», a dit le maire de Québec, Régis Labeaume.
«On va demander ce qu'on peut faire pour améliorer la situation dans l'esprit et dans le coeur de nos compatriotes musulmans», a poursuivi le maire, toujours très bouleversé par les tragiques événements.
Son administration donnera plus de détails demain sur les façons de venir en aide aux proches des victimes, six hommes qui laissent des enfants orphelins. 
Très ému, le président du Centre culturel islamique, Mohamed Yangui, a dit que la sécurité était une «préoccupation majeure» de la mosquée, notamment avec des caméras de surveillance. «Mais on a été pris par surprise. On va demander l'aide de la GRC pour nous aider dans le futur pour améliorer la sécurité dans nos lieux de prière», a-t-il dit.
Le premier ministre du Québec a répété que «nous sommes tous Québécois» comme il l'avait dit  lors d'un point de presse dans la nuit de dimanche à lundi. 
Une grande vigile est prévue à 18h à l'église Notre-Dame-de-Foy, tous près de la moquée prise pour cible dimanche soir.
Le premier ministre a aussi jugé «très hasardeux» d'émettre des hypothèses sur les motivations du suspect Alexandre Bissonnette. 
La conférence de presse s'est terminée par l'incantation d'un passage du Coran.
Plus de détails à venir...