Mardi, à Ottawa, les députés néo-démocrates et Jagmeet Singh ont été assermentés.

Singh veut tester l'ouverture de Trudeau

OTTAWA — Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, affirme qu'il observera surtout si Justin Trudeau va modifier sa manière de gouverner plutôt que l'identité de ceux qui vont accéder à son conseil des ministres.

Après sa rencontre avec le premier ministre la semaine dernière, Jagmeet Singh avait indiqué que M. Trudeau avait démontré un intérêt pour collaborer avec le NPD sur divers enjeux lorsque les députés reviendront aux Communes, le mois prochain, pour la première fois depuis les élections.

Devant les journalistes, mardi, le chef du NPD n'a démontré aucun signe d'affaiblissement de ce sentiment.

Malgré tout, son parti entend mettre à l'épreuve ces belles paroles de Justin Trudeau.

Causes communes

Jagmeet Singh a reconnu qu'il ne retiendrait pas son souffle en attendant que les libéraux acceptent toutes les propositions du NPD. Il est prêt à trouver une manière de permettre aux deux partis de travailler ensemble sur des causes communes.

Mardi, à Ottawa, c'était surtout un grand moment pour les élus néo-démocrates alors que Jagmeet Singh et ses députés étaient assermentés. Dans un discours prononcé avant la cérémonie, M. Singh a déclaré que, tout en étant content de la performance du NPD pendant la campagne électorale, il n'est pas satisfait de devoir se contenter à nouveau de la quatrième place à la Chambre des communes.

Il a dit vouloir s'assurer que le NPD, qui détient maintenant 24 sièges, forme éventuellement le gouvernement afin de pouvoir mettre en œuvre sa plateforme politique et ses idées.

Jagmeet Singh a également parlé des gens pour lesquels son caucus entend se battre, notamment la première nation de Grassy Narrows ainsi que les enfants et les familles au cœur de la décision du Tribunal canadien des droits de la personne qui a ordonné à Ottawa d'indemniser les enfants autochtones séparés abusivement de leurs familles.

À l'intention du Québec, où le caucus ne compte plus qu'un élu en Alexandre Boulerice, M. Singh a répété son slogan de campagne disant que «pour nos frères et sœurs au Québec, les progressistes, c'est nous».

«On ne va jamais oublier les gens au Québec qui veulent voir des programmes spécifiques, des actions concrètes pour faire face à la crise climatique en même temps que l'on se bat pour la justice sociale», a-t-il ajouté.

Le chef néo-démocrate affirme que son caucus va utiliser la position minoritaire du gouvernement à son avantage et qu'il n'aura pas peur de dénoncer ceux qui travaillent pour les intérêts des riches entreprises au détriment des intérêts des Canadiens.