Le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette

Simon Jolin-Barrette accuse Marc Tanguay de l’avoir menacé

Le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, a accusé, mercredi, son vis-à-vis de l’opposition officielle, Marc Tanguay, de l’avoir menacé en pleine séance.

Les libéraux ont opposé un démenti formel et reprochent au gouvernement de détourner ainsi l’attention pour commettre «une ingérence directe» dans le travail d’une commission - la présidence de l’Assemblée nationale devra d’ailleurs rendre une décision sur cette affaire dans les prochains jours.

Au deuxième jour des travaux parlementaires à Québec, caquistes et libéraux sont donc déjà à couteaux tirés. À l’origine : un débat au Salon bleu sur un gazouillis du ministre de l’Environnement, Benoit Charette, qui donnait un ultimatum à des membres d’une commission parlementaire visant à trouver une solution à la crise du recyclage du verre.

Simon Jolin-Barrette a laissé entendre que les libéraux faisaient de l’obstruction dans les travaux de la commission. De surcroît, il a soulevé des doutes sur l’impartialité de la présidente de la commission, la députée libérale de L’Acadie, Christine St-Pierre.

«On me menace?»

Marc Tanguay n’a pas digéré cette insinuation sur sa collègue et a répliqué par une remarque qui n’a pas été captée par le microphone.

«Est-ce qu’on me menace? a alors demandé M. Jolin-Barrette. Le principal droit d’un parlementaire est son droit de parole. Je n’accepterai pas de me faire dire par un collègue de l’opposition officielle : «fais attention à ce que tu vas dire». Si ça, ce ne sont pas des menaces...» a-t-il lancé, avant d’être interrompu par la présidence.

Un porte-parole libéral a tenu à préciser que les accusations de M. Jolin-Barrette étaient complètement fausses et que les caquistes cherchaient à leur faire porter le blâme.

Un tweet compromettant

Sur le fond de l’affaire, l’opposition libérale dénonçait ce message transmis par Twitter du ministre Benoit Charette : «Vous avez jusqu’à 14h00 aujourd’hui pour accepter que le rapport de la commission contienne de véritables constats et recommandations.»

Marc Tanguay a demandé au président de l’Assemblée nationale de condamner ce gazouillis comme étant une ingérence du pouvoir exécutif dans le domaine du pouvoir législatif, c’est-à-dire une commission parlementaire.

La porte-parole du PLQ, la députée Marie Montpetit, déplore que la commission n’ait eu qu’une heure pour rédiger le rapport final, en raison de l’ultimatum du gouvernement, qui refuse d’accorder aux élus une ou deux heures supplémentaires de travaux.

«On ne ressent pas qu’on a une ouverture, une latitude pour faire notre travail», a-t-elle déclaré en entrevue avec La Presse canadienne.

«On a un ministre qui est informé du travail qui a été fait alors que les travaux sont censés être faits à huis clos», a poursuivi la députée, avec une pointe de soupçon visant les députés caquistes membres de la commission.

«Il ne se cache même pas pour s’ingérer dans les travaux d’une commission. Ce n’est pas à lui à nous dicter la façon dont on va se gouverner.»

Mme Montpetit exige que la commission qui a entendu de nombreux intervenants puisse effectuer son mandat et formuler ses recommandations, mais craint que le gouvernement ait déjà ses solutions en tête sans être à l’écoute.