Robert Poëti, qui a surpris bien des gens en annonçant qu’il quittait la vie politique, a affirmé qu’il ne se sentait pas poussé vers la sortie.

Robert Poëti quitte la vie politique

Robert Poëti assure qu’il ne se sent pas poussé vers la sortie par le premier ministre Philippe Couillard. Il a toutefois entendu son appel à faire de la place aux jeunes et aux femmes. «J’offre mon comté à quelqu’un pour le renouvellement du parti.»

Le ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics a pris tout le monde par surprise mercredi en annonçant lors du caucus matinal son départ de la vie politique après les élections du 1er octobre.

Élu pour la première fois en 2012, cet ex-policier de la Sûreté du Québec a rapidement obtenu le poste de ministre des Transports et de ministre responsable de la région de Montréal. M. Poëti a alors posé de nombreuses questions sur l’attribution des contrats au sein de son ministère. Un brassage qu’il ne regrette pas aujourd’hui. «Constructivement, je vous dirais que ça fait un meilleur ministère des Transports qu’il ne l’était quand je suis arrivé.»

M. Couillard a toutefois pris la décision de l’exclure du Conseil des ministres en 2016. Un geste que le premier ministre ne considère pas comme une erreur. «Ça fait partie de la vie politique. C’est des choses qui arrivent dans tous les gouvernements.» Le premier ministre lui a finalement redonné un poste plus modeste de ministre délégué en 2017. 

MM. Couillard et Poëti ont tous deux assuré se quitter en bons termes. «J’ai eu une bonne relation de travail avec Robert. Il y a eu des moments plus difficiles, mais il a fait des choses importantes et je le remercie», a commenté M. Couillard. 

Bière avec Couillard

M. Poëti a quant à lui soutenu que leur relation était excellente. Tellement que l’an dernier, alors qu’il faisait le tour du Lac-Saint-Jean en moto, M. Couillard l’a invité à prendre une bière à son chalet, raconte-t-il. 

Il ne cache pas toutefois avoir eu des différends avec le premier ministre. «Quand tout le monde est du même avis, bien, il n’y a personne qui réfléchit beaucoup. Alors, moi, quand j’ai des convictions, je les dis. Puis, si ça arrive que M. Couillard ou quelqu’un d’autre n’est pas d’accord, bien, il a le droit. Puis, en finale, c’est qui qui a le droit de décider? C’est lui, ce n’est pas moi.»

Le député sortant explique qu’il a voulu annoncer la nouvelle de son départ à tous ses collègues députés en même temps, ce qu’il considère comme «une marque de respect». Il ne croit pas avoir commis «d’impair» vis-à-vis son chef en ne l’informant pas en premier. 

L’homme de 62 ans dit avoir changé d’idée sur son avenir politique depuis son investiture dans Marguerite-Bourgeoys, en décembre dernier. Il avait le goût de «retrouver sa vie» personnelle, ses fins de semaine. 

Des rumeurs l’envoient travailler à la firme de sécurité Garda. M. Poëti explique qu’il a été approché par Garda il y a deux ans, alors que plusieurs pensaient qu’il allait claquer la porte après avoir été dégommé comme ministre. Il soutient qu’il n’a pas eu de discussions à cet effet en ce moment. «Je verrai en octobre, mais actuellement, ce n’est pas ça, là.»

M. Poëti indique également qu’il s’agit d’un «hasard» qu’il annonce son départ le jour où son collègue Guy Ouellette, qui est toujours visé par une enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), a indiqué qu’il se présentait de nouveau aux prochaines élections. 

Il s’agit du sixième ministre du gouvernement Couillard à annoncer qu’il ne se représente pas aux prochaines élections, après Jean-Marc Fournier, Stéphanie Vallée, Martin Coiteux, David Heurtel et Julie Boulet. En tout, une quinzaine de libéraux ont annoncé leur départ de la vie politique, et d’autres noms pourraient suivre. 

«L’homme qui incarne l’intégrité décide de ne plus être dans l’équipe libérale. C’est un signal», a commenté le chef du Parti québécois Jean-François Lisée. Selon lui, M. Poëti «brassait la cage» et voulait aller «au fond des choses». Son départ est une perte pour la politique, croit M. Lisée. 

Le chef de la Coalition avenir Québec François Legault a quant à lui remercié M. Poëti pour sa contribution.