La ministre de la Culture, Christine St-Pierre, a opposé une fin de non-recevoir au projet de loi 593, déposé la veille par le député indépendant Pierre Curzi, visant à renforcer la protection du français comme langue d'enseignement, de travail et de commerce.

Respect de la loi 101: ajout de postes à l'Office de la langue française

L'Office québécois de la langue française (OQLF) va combler une quarantaine de postes vacants pour veiller à l'application de la loi 101, a indiqué vendredi la ministre responsable, Christine St-Pierre.
Ces 43 postes, qui avaient été laissés vacants par des départs à la retraite, s'ajouteront aux 26 annoncés à l'automne.
En point de presse à Québec, la ministre de la Culture a aussi révélé que l'Office sera désormais plus actif sur le terrain. Des enquêteurs iront constater des infractions plutôt que d'attendre de recevoir des plaintes.
La situation du français à Montréal est «préoccupante», a reconnu Mme St-Pierre, qui constate une augmentation du nombre de plaintes pour des infractions à la loi 101.
Sur les 2500 dossiers litigieux remis à l'OQLF l'an dernier, une cinquantaine ont été soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).
En comblant une quarantaine de postes, l'Office aura désormais plus de moyens pour s'assurer du respect de la Charte de la langue française, a estimé la ministre.
Mme St-Pierre n'était toutefois pas en mesure vendredi de préciser combien de postes seront réservés aux enquêteurs. Présentement, une cinquantaine d'employés de l'OQLF sont affectés à des tâches d'enquête.