Le Réseau Liberté-Québec a gagné en visibilité en annonçant la participation du député conservateur Maxime Bernier (photo) et du chef de l'ADQ, Gérard Deltell.

Réseau Liberté-Québec: une conférence plus courue que prévu

Le Réseau Liberté-Québec (RLQ) semble avoir réussi son premier pari de mobiliser la droite dans la capitale. Sa journée de conférence de samedi, à l'Hôtel Gouverneur de Sainte-Foy, affiche complet, alors que 450 personnes ont confirmé leur présence à ce rassemblement embryonnaire du mouvement.
«Au départ, on s'était dit qu'avec 200 personnes, on serait heureux, mais 450, c'est vraiment au-delà de nos espérances», affirme Guillaume S. Leduc, blogueur et un des six cofondateurs du Réseau. «Dans les faits, il y a eu 700 personnes qui voulaient assister à la conférence, mais nous avons dû en refuser. Ça indique qu'il y a de bonnes chances qu'on organise un autre événement du genre.»
Les membres du RLQ soutiennent que leur initiative ne découle d'aucun parti politique officiel. «L'événement est autofinancé, a rappelé M. Leduc. Nous n'avons reçu aucun don ou subvention.»
Partisan de la droite, de la responsabilité individuelle et d'un contrôle serré des finances publiques, le Réseau a gagné en visibilité en annonçant la participation du député conservateur Maxime Bernier et du chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ), Gérard Deltell.
Le Réseau a également retenu l'attention en attirant comme conférencier Kory Teneycke, l'ancien directeur des communications du bureau du premier ministre Stephen Harper. Le commentateur politique devait présider cette année à la naissance de SunTV News, la chaîne de nouvelles en continu dont le but avoué était d'implanter «une FOX News du Nord» au Canada.
M. Teneycke a toutefois quitté SunTV News, acceptant un poste de vice-président chez Quebecor, et il a annulé sa participation à la rencontre du RLQ. Il sera remplacé par Ezra Levant, un Albertain bien connu pour ses propos controversés sur le Québec et qui a oeuvré notamment au sein du Parti réformiste de Preston Manning et du magazine Western Standard.
Une perche à Legault
Les membres du RLQ ont par ailleurs profité de l'actualité pour tendre une perche à l'ancien ministre péquiste François Legault. Ce dernier a suscité la curiosité des ténors de la droite depuis deux semaines en rassemblant chez lui divers partisans d'un gouvernement de centre droit, dont Joseph Facal, Charles Sirois et Normand Legault.
Joanne Marcotte, réalisatrice du documentaire L'illusion tranquille, aurait engagé le rapprochement. «C'est sûr qu'on aimerait qu'ils fassent partie de notre aventure, explique Guillaume S. Leduc. Pour l'instant, ils nous ont dit qu'ils nous regarderaient aller, qu'ils allaient nous suivre, mais qu'ils ne souhaitaient pas venir.»