Le premier ministre Justin Trudeau de passage à La Malbaie

Relations Canada-Québec: Couillard s'active, Trudeau s'assouplit

Une semaine après avoir rendu publique sa politique sur la place du Québec au sein du Canada, le premier ministre Philippe Couillard passe déjà de la parole aux actes en modifiant dès maintenant la structure gouvernementale, selon ce qu'a appris La Presse canadienne.
Il s'est entretenu jeudi avec les sous-ministres du gouvernement pour les informer des changements à effectuer dans chacun de leur ministère, en créant une unité de «relations canadiennes» dès cet été.
Ces unités, présentes dans tous les ministères, auront le mandat de multiplier les initiatives du Québec visant à assurer sa présence d'un bout à l'autre du pays, dans tous les secteurs d'activités. Les ministères devront participer à tous les colloques, congrès, forums ou autres activités susceptibles d'offrir une tribune au Québec, où il pourra afficher ses idées et sa différence.
On cherchera aussi à tisser des partenariats avec les autres provinces. On veut rejoindre tous les milieux : politiques, gens d'affaires, universités, société civile.
Trudeau plus souple
De son côté, Justin Trudeau a assoupli sa ligne dure envers Philippe Couillard : le premier ministre fédéral veut bien que les Québécois se sentent plus chez eux au Canada, mais pas question pour autant de relancer les négociations constitutionnelles.
M. Trudeau répondait ainsi au gouvernement Couillard en reprenant les termes de sa nouvelle Politique d'affirmation du Québec, qui vise notamment à ce que les Québécois ne se sentent «plus exilés dans leur propre pays». 
À La Malbaie, jeudi, en vue du sommet du G7 de 2018, M. Trudeau a ainsi montré un peu plus d'ouverture aux propositions pour améliorer le fonctionnement du pays faites par le gouvernement Couillard, tout en refusant la conclusion ultime, c'est-à-dire des négociations assorties de conditions pour réintégrer le Québec dans la Constitution de 1982.