«Lorsqu'on regarde la croissance des dépenses des municipalités, de façon générale, même au-delà de la masse salariale, on se rend compte qu'il y a des contrôles qui doivent être appliqués au plan local», affirme le ministre Pierre Moreau.

Régimes de retraite: Pierre Moreau demeure confiant

Le dépôt d'une première contestation juridique de sa loi sur les régimes de retraite n'ébranle pas la confiance du ministre Pierre Moreau en sa légalité.
«Je réitère que nous sommes tout à fait confiants que la loi 3 va passer avec succès le test des tribunaux», a commenté ce matin le ministre des Affaires municipales.
Mardi, la Fédération indépendante des syndicats autonomes (FISA), qui regroupe 13 syndicats au sein de 9 villes ainsi que des groupes de retraités, a déposé une requête en nullité contre la loi sur les régimes de retraite adoptée la semaine dernière à l'Assemblée nationale.
Son président, Jean Gagnon, plaide que l'encadrement du partage des déficits passés et le reniement d'ententes passées contreviennent au droit d'association et de négociation des syndicats.
La notion «d'urgence d'agir» apparaît au coeur de l'argumentaire gouvernemental. «J'ai hâte de le voir témoigner, M. Gagnon, quand il va venir expliquer pourquoi il a décidé de pelleter les déficits passés par en-avant, selon ses propres expressions, lorsqu'il était question de la libre négociation, a déclaré le ministre Moreau. Le jupon dépasse un peu.»
Il qualifie par ailleurs de «ridicule» l'idée évoquée par M. Gagnon qu'il contrevienne aux principes de sa profession d'avocat en refusant de reconnaître des contrats de travail dûment signés. «Expliquez-moi en quoi est-ce qu'une loi qui passerait le test des tribunaux pourrait renier serment que j'ai fait», a dit M. Moreau.