Sam Hamad a été le député de la circonscription de Louis-Hébert pendant 14 ans, avant de quitter la politique au printemps. La personne qui siégera à sa place à l'Assemblée nationale sera connue lundi.

Qui succédera à Sam Hamad?

Elle a été courte et n'a pas manqué de rebondissements. On connaîtra lundi le dénouement de l'élection partielle dans Louis-Hébert, déclenchée afin de remplacer l'ex-député libéral Sam Hamad qui a été en selle pendant 14 ans avant de quitter la politique au printemps. Dix candidats sont en lice, mais nous avons choisi de présenter les quatre dont les partis ont déjà au moins un siège à l'Assemblée nationale. Portraits express d'aspirants politiciens en quête de votes. Notez que les quatre candidats vous sont présentés en ordre alphabétique.
Normand Beauregard, Parti québécois
Normand Beauregard
• 54 ans
• Né à Granby, en Montérégie
• Fonctionnaire au gouvernement du Québec et biologiste de formation
Vos passe-temps? Vélo, ski de fond, randonnée, tennis, badminton, j'ai coaché le soccer, j'ai été commissaire parent. Mon passe-temps se déroule donc souvent sur des terrains de sport.
Votre prinicipale qualité? Le fait d'avoir des convictions et de la détermination. 
Votre principal défaut? Je suis parfois impatient, il m'arrive de souhaiter que les choses s'améliorent et d'y travailler avec beaucoup de détermination. 
Personnalités politiques marquantes? C'est certain que messieurs [René] Lévesque et [Jacques] Parizeau m'ont beaucoup inspiré, et ce, de tout temps. 
Un proverbe que vous aimez? «Rien ne sert de courir il faut partir à point.»
Premier geste que vous allez poser si vous êtes élu le 2 octobre? Remercier l'ensemble des bénévoles et des citoyens qui m'auront donné leur appui. Et je vais prendre Anacolor à bras le corps et m'assurer que ça avance rapidement. Après je vais aller du côté du transport, utiliser les accotements pour faire passer les autobus. La congestion on la vit tous les jours dans Louis-Hébert.
Comment vous allez poursuivre ou vous démarquer du travail de votre prédécesseur? Je vais me démarquer en étant actif et en démontrant du leadership au sein de l'appareil d'État en réunissant les forces vives. 
Le principal défi des politiciens en 2017? C'est le cynisme qui est le problème. Mais moi, j'ai des compétences que je peux faire valoir et je peux opposer au cynisme des compétences, de l'expérience et des convictions. 
Pourquoi avoir choisi ce lieu pour la photo? C'est un endroit que j'ai découvert récemment, le sentier près de la Marina, qui part du stationnement de l'église et qui longe la rivière Cap-Rouge. Il est très symbolique pour moi puisqu'on voit l'usine Anacolor, l'école, l'église et des résidences. On voit un ensemble d'enjeux qui me préoccupent et c'est particulièrement joli.
***
Guillaume Boivin, Québec solidaire
Guillaume Boivin
• 38 ans
• Né à Québec, dans le secteur de l'aéroport
• Avocat en droit social et chauffeur de taxi les fins de semaine 
Vos passe-temps? La lecture
Votre principale qualité? La rigueur intellectuelle 
Votre principal défaut? Faire des phrases trop longues. On me dit souvent de mettre des points. 
Personnalités politiques marquantes? Michel Chartrand, pour les combats qu'il a menés dans les diverses époques de sa vie tant au plan syndical qu'au plan plus politique. 
Un proverbe que vous aimez? Le proverbe qu'aimait dire Michel Chartrand que «chaque humain est de ma race». 
Premier geste que vous allez poser si vous êtes élu le 2 octobre? Remercier la population de Louis-Hébert de m'avoir fait confiance et par la même occasion de leur promettre de me montrer digne de la confiance qu'ils m'ont démontrée. 
En quoi vous allez poursuivre ou vous démarquer du travail de votre prédécesseur? En portant les valeurs de Québec solidaire, donc un engagement axé sur la défense de l'écologie, de l'environnement, de la justice sociale qui sont des préoccupations au coeur de l'action de Québec solidaire. Ce sont là des orientations manifestement différentes de celles du Parti libéral dans lequel oeuvrait mon prédécesseur. 
Le principal défi des politiciens en 2017? À travers les difficultés de la vie quotidienne de tous les divertissements, de savoir obtenir l'attention de mes concitoyens pour assurer leur attention sur des enjeux d'importance pour l'avenir du Québec. 
Pourquoi avoir choisi ce lieu pour la photo? J'ai choisi le parc adjacent au Campanile où l'on avait notre bureau parce que ça a été le coeur de notre campagne, l'endroit où l'esprit de corps, l'esprit d'équipe du merveilleux groupe qui m'entourait s'est développé. Ce n'est pas simplement les projets, mais les personnes qui font la politique, c'est significatif pour moi.
***
Ihssane El Ghernati, Parti libéral du Québec
Ihssane El Ghernati
• 51 ans
• Née à Rabat, au Maroc
• Attachée politique de l'ex-député Sam Hamad dans Louis-Hébert
Vos passe-temps? La lecture. Je marche beaucoup avec mon amoureux et faire à manger, je cuisine très bien!
Votre principale qualité? J'ai tendance à aider les gens, on m'appelle «Mère Teresa».
Votre principal défaut? Je suis trop gentille, j'ai de la difficulté à dire «non».
Un proverbe que vous aimez? Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin. 
Personnalités politiques marquantes? Barack Obama. C'est un peu cliché, mais c'est quelque chose, c'est la première fois que les Américains ont voté pour quelqu'un de noir!
Premier geste que vous allez poser si vous êtes élue le 2 octobre? Me reposer...on vient de faire une conférence de presse sur le dossier Anacolor, je suis vraiment décidée à le régler et je veux le régler et je suis la bonne personne pour le régler.
Comment vous allez poursuivre ou vous démarquer du travail de votre prédécesseur? Par ma façon de faire qui est propre à moi, différente. Je vais continuer à être présente pour les citoyens de Louis-Hébert.
Le principal défi des politiciens en 2017? Ce qui est difficile, c'est qu'on veut faire plaisir à tout le monde. On essaie d'aller avec la majorité de ce que les citoyens demandent. On ne peut pas avoir 100 %, on a 100 % dans les pays autoritaires! 
Pourquoi avoir choisi ce lieu pour la photo? Parce que c'est magnifique et j'aime beaucoup la Marina, j'y vais souvent. 
***
Geneviève Guilbault, Coalition avenir Québec
Geneviève Guilbault
• 34 ans
• Née à Greenfield Park en Montérégie
• Porte-parole au Bureau du coroner 
Vos passe-temps? L'aérobie. J'adore les cours d'aérobie; me garder en forme, pour moi c'est très important. Sinon, j'aime beaucoup le théâtre aussi et je suis une fan de l'opéra, j'y vais deux fois par année.
Votre prinicipale qualité? Je suis déterminée.
Votre principal défaut? Je dirais impatiente.
Un proverbe que vous aimez? «À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.»
Personnalités politiques marquantes? Les femmes qui ont fait des belles carrières politiques, fructueuses, quel que soit le parti. Je pense à Pauline Marois, Sheila Copps, Sylvie Roy, Louise Harel. Tous partis confondus, je les admire toutes, indépendamment du fait que j'adhère à leurs idées ou non.
Premier geste que vous allez poser si vous êtes élu(e) le 2 octobre? Ma première préoccupation, ça va être de m'occuper des familles de Louis-Hébert, moi-même je vais devenir une famille de Louis-Hébert donc redonner de l'argent aux familles, améliorer leur qualité de vie. 
Comment vous allez poursuivre ou vous démarquer du travail de votre prédécesseur? J'espère me démarquer, entre autres en faisant preuve d'un peu plus d'empressement que les libéraux à faire bouger et avancer les dossiers dans Louis-Hébert. Je ne veux pas me comparer à Sam Hamad, mais je vais vraiment mettre l'écoute des citoyens au centre de mon engagement politique et l'intégrité aussi.
Le principal défi des politiciens en 2017? J'ai envie de dire survivre! La plupart doivent se lancer en politique avec des intentions nobles, mais de réussir à s'y tenir en dépit de l'adversité, des contraintes, de l'omniprésence médiatique et des nombreux obstacles qui peuvent se présenter, de continuer à servir les concitoyens au mieux, parce qu'en fin de compte c'est eux l'important. Arriver chez soi le soir avec le sentiment d'avoir aidé au moins une personne parce que c'est pour ça qu'on fait ça au départ. C'est à la fois le plus grand défi et le plus bel accomplissement.
Pourquoi avoir choisi ce lieu pour la photo? La Marina c'est un peu le highlight de Louis-Hébert, il y a beaucoup de touristes et de locaux qui viennent se promener, c'est splendide.
***
Zoom sur Louis-Hébert
Superficie : 172,5 km2
Détails géographiques
La circonscription de Louis-Hébert comprend la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures ainsi que la partie de la Ville de Québec située dans l'arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge et délimitée comme suit: la limite de l'arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, la route de l'Aéroport, l'autoroute Duplessis (540), la ligne à haute tension située à l'ouest du boulevard Pie-XII, la limite de la Ville de Québec dans le fleuve Saint-Laurent et la limite de la Ville de Québec.
Électeurs inscrits (au 7 avril 2014) : 44 887 
Taux de vote à la dernière élection générale : 83,7 % (le plus élevé dans la province)
Résultats des derniers scrutins
Le Parti libéral du Québec (PLQ) représenté par Sam Hamad l'a emporté facilement au scrutin de 2014 avec une avance de 8677 votes, mais l'a eu beaucoup plus difficile en 2012 où l'écart avec le parti de François Legault n'a été que de 2092 votes. En 2008, c'est le Parti québécois (PQ) qui est arrivé deuxième avec 7137 voix en moins que le PLQ. En 2007, M. Hamad a eu chaud alors qu'il tentait de représenter Louis-Hébert pour une deuxième fois. L'Action démocratique du Québec (ADQ), qui avait le vent dans les voiles, est presque parvenue à lui arracher son siège, il ne lui a manqué que 816 votes. Par contre, lorsque l'ingénieur d'origine syrienne s'est présenté pour la première fois 2003, il a devancé le PQ de 6270 votes. La formation souverainiste détenait la circonscription depuis 1994. 
Source : Directeur général des électeurs du Québec (DGEQ)