Agnès Maltais

Québec Solidaire: «Plus ils sont nombreux, moins on les entend!», lance Agnès Maltais

La leader parlementaire du PQ n'a pas mâché ses mots pour qualifier le travail de l'autre parti souverainiste à l'Assemblée nationale. «Plus ils sont nombreux, moins on les entend», a lâché Agnès Maltais.
L'expérimentée députée de Taschereau a tenu ces propos devant la Conférence nationale des présidents et présidentes du Parti québécois, réunie à Sherbrooke. Pendant que d'éventuels candidats à la chefferie préconisaient une formule pour que leur formation aspire à rassembler tous les souverainistes, Mme Maltais n'a pas ménagé les trois élus de Québec solidaire.
Mme Maltais a décrit aux militants «dans quelle atmosphère nous sommes dans cette Assemblée nationale remodelée» où le PQ a cédé le pouvoir aux libéraux, lors du scrutin du 7 avril. «Au fond de la salle, trois députés indépendants, sous la bannière de Québec solidaire, a-t-elle débuté. Je ne comprends pas : plus ils sont nombreux, moins on les entend», a poursuivi Mme Maltais.
Il s'agit d'une allusion au fait que Québec solidaire a fait élire un premier représentant, Amir Khadir, en 2008, pour ensuite voir Françoise David le rejoindre au Salon bleu, en 2012, pour finalement connaître l'élection de Manon Massé, au dernier scrutin.
«Absents»
«Ils ont été complètement absents, cet été. En commission parlementaire, on ne les voit jamais. Et, je ne sais pas pourquoi, aucune critique en matière culturelle. Le nombre de députés de QS est inversement proportionnel à leurs interventions sur la place publique», a-t-elle soutenu.
Agnès Maltais a évidemment critiqué la Coalition avenir Québec de François Legault et le Parti libéral du Québec du premier ministre Philippe Couillard. Pour elle, la CAQ s'est inféodée au PLQ sur l'économie et les finances publiques.
«Sur les régimes de retraite», s'est-elle désespérée, la Coalition «veut que le gouvernement libéral aille plus loin et coupe davantage les retraités». Réforme en santé, retrait du droit de syndicalisation sur les petites fermes, «les caquistes suivent les libéraux dans tout ce qu'ils font».