Le fait de porter un masque dans le but de commettre un crime est sanctionné par le Code criminel. Mais les forces de l'ordre doivent être en mesure de démontrer l'intention malhonnête.

Québec solidaire défend le port du masque dans les manifs

Québec solidaire a refusé de voter en faveur d'une résolution parlementaire condamnant le port de masques dans les manifestations. Le porteur du texte, le Parti québécois, le condamne vertement.
Le libellé de la résolution présentée par le péquiste Pascal Bérubé mercredi se lisait ainsi : «Que l'Assemblée nationale réitère le droit des citoyens de manifester de façon pacifique; qu'elle condamne la violence sous toutes ses formes, ainsi que le port de masques lors de manifestations.» En plus des péquistes, les libéraux et les caquistes étaient favorables au texte.
Après ce refus, le député Amir Khadir a insisté sur le fait que son parti veut défendre «le droit de manifester en toute tranquillité» et qu'il soutient «la condamnation de la violence». Toutefois, il refuse de s'opposer au port d'un masque ou d'une cagoule dans des manifestations, comme cela s'est encore vu à Québec il y a un mois en marge d'un rassemblement de sympathisants du groupe La Meute.
Le député de Mercier a indiqué que «les cours de justice comme la Cour suprême nous rappellent à l'ordre dans la protection de certains droits». Et il a fait valoir que le droit de porter un masque est protégé par les tribunaux.
«Il y a plusieurs personnes qui manifestent pour dénoncer des injustices, mais qui veulent se préserver des représailles. Anonymus, on s'en rappellera, hein ?» Un jour, «des fonctionnaires pourraient venir manifester contre la corruption du pouvoir libéral, par exemple, mais voudraient se préserver des représailles».
M. Khadir a également évoqué le cas de citoyens d'origine étrangère protestant contre une dictature dans le pays où ils ont vu le jour et qui voudraient eux aussi se prémunir contre d'éventuelles représailles.
«On n'interdit pas les autos sur les routes parce qu'il y a quelques enragés au volant qui causent des accidents», a-t-il lancé en guise de complément à son argumentaire.
À bras raccourcis
Le péquiste Jean-François Lisée, qui ne ménage plus Québec solidaire depuis la mort du projet de «convergence», est tombé à bras raccourcis sur ses explications.
«Le Black Bloc utilise des masques pour se soustraire à la surveillance policière et commettre des délits. Alors, je comprends que Québec solidaire veut protéger le Black Bloc. Je comprends que Québec solidaire veut protéger les anarchistes. Je comprends que Québec solidaire veut protéger Jaggi Singh», a lancé M. Lisée en ajoutant que sa position est celle de «l'immense majorité des Québécois».