Le gouvernement du Québec a déjà en main les données et les outils pour agir avec célérité contre le racisme et la discrimination et pour donner suite aux nombreux engagements pris dans le passé.

Québec examinera le racisme systémique

Le gouvernement Couillard annoncera sous peu le lancement d'un exercice de consultations sur le racisme et la discrimination au Québec.
La ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil, y a fait référence mardi sans fournir de détails. Pour l'instant, précisait-on dans son entourage, jeudi, le titre de travail de ce forum de consultations englobe les mots «racisme et discrimination systémiques».
Parmi les thèmes sur lesquels les citoyens seront invités à s'exprimer figurent l'accès au logement et l'accès à l'emploi.
Au ministère de Mme Weil, on retient pour l'heure la définition suivante du «racisme systémique» : il est «une forme de racisme produisant des obstacles à la participation au marché du travail» et des inégalités, entre autres. Il peut prendre appui sur des «pratiques, des décisions ou des comportements individuels ou institutionnels». Il a «des effets préjudiciables, voulus ou non, sur une personne ou un groupe de personnes».
En août, la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec avait pressé le gouvernement de mettre sur pied une «commission d'enquête publique» sur le racisme systémique. Philippe Couillard avait rejeté l'idée d'une commission d'enquête publique, mais avait indiqué qu'il souhaitait que la société se penche sur la question.
Des individus
Mercredi, le député solidaire Amir Khadir a demandé que soit instituée une «commission sur le racisme systémique à l'occasion du 10e anniversaire du lancement de la commission Bouchard-Taylor».
Le gouvernement a repoussé sa demande. Aucune explication n'a été fournie. Il semble toutefois qu'il en avait contre le libellé même de la requête de M. Khadir, qui stipulait que «le racisme systémique repose sur l'organisation de la société et non sur les individus qui la composent».
Le forum qu'entend créer le gouvernement reposera sur la prémisse que la société québécoise n'est pas raciste - ce qu'a répété plus d'une fois M. Couillard récemment -, mais que des individus ont ou peuvent avoir des comportements défavorisant les membres des minorités culturelles.