Le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau, a justifié les dépenses de publicité en déclarant qu'elles permettent aux citoyens de savoir dans quels domaines le gouvernement a choisi d'investir.

Pubs du gouvernement: 7,8 M$ en «propagande», selon la CAQ

Les ministères québécois ont dépensé quelque 40 millions $ en publicité depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement de Philippe Couillard, selon une compilation effectuée par la Coalition avenir Québec. De cette somme, 7,8 millions $ ont été consacrés à des campagnes carrément «partisanes», accuse le parti de François Legault.
«Pire que ça, sur ces 7,8 millions-là, presque 3,5 millions $» ont été utilisés à des fins partisanes uniquement depuis le début de la présente année, a lancé le caquiste Éric Caire, mardi, au Salon bleu de l'Assemblée nationale. Il a tour à tour parlé de «partisanerie» et de «propagande».
«S'il est légitime pour un gouvernement de mettre de l'avant des campagnes d'information, ça l'est beaucoup moins quand ce sont des campagnes de propagande.»
La CAQ précise ne pas dénoncer des campagnes comme celle du ministère de la Faune sur la lutte contre la rage du raton laveur, celle des Transports sur les «corridors de sécurité» ou une autre visant à sensibiliser les Québécois à la nécessité de partager la route, non plus que d'autres portant sur la semaine de la prévention des incendies, sur la lutte contre l'intimidation, sur la vaccination contre la grippe ou sur l'activité physique.
La CAQ classe dans la rubrique «propagande» des campagnes publicitaires sur le Plan Nord, sur la Stratégie maritime, sur les «plans économiques» présentés par le ministre Carlos Leitão (les budgets), ainsi qu'une publicité ayant porté sur «le Québec et la lutte contre les changements climatiques», mais également une campagne du ministère de l'Immigration sur la «diversité ethnoculturelle», sur l'apport des personnes venues d'ailleurs et intitulées «Ensemble, nous sommes le Québec».
Certains s'étonnent que cette dernière ait été classée dans cette rubrique, mais Éric Caire n'en démord pas. Cette campagne était belle et bien partisane, d'après lui.
Des campagnes qui «expliquent»
Le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau, a justifié les dépenses de publicité en déclarant qu'elles permettent aux citoyens de savoir dans quels domaines le gouvernement a choisi d'investir.
«Ce que la publicité gouvernementale fait, c'est d'expliquer aux Québécois là où nous investissons, là où nous faisons des choix. Et honnêtement, je ne vois rien de répréhensible à cela. Les Québécois ont le droit de savoir et nous ne nous priverons pas de leur indiquer là où nous faisons ces choix.»