Pub à saveur préélectorale pour Jean Charest

Le Parti libéral du Québec a dévoilé dimanche soir, sur son site Web, une publicité à saveur préélectorale qui sera diffusée aujourd'hui, mardi et mercredi sur les différents réseaux de télévision.
Dans la publicité d'une durée d'une minute intitulée Faire le choix de la responsabilité en français et Choosing responsibility dans la langue de Shakespeare, on aperçoit le premier ministre Jean Charest devant un fond blanc, s'adressant directement aux Québécois sans artifice, musique ou montage.
«Être premier ministre du Québec, c'est pas un concours de popularité. C'est le moins qu'on puisse dire, surtout quand le Québec vit une période de turbulence», lance-t-il d'entrée de jeu en faisant référence sans le nommer au conflit étudiant qui perdure depuis le mois de février.
Dans ce message publicitaire, Jean Charest ajoute qu'être premier ministre du Québec, c'est d'abord travailler dans l'intérêt de tous les Québécois et être capable de prendre des décisions qui sont souvent difficiles, mais toujours pour le long terme.
«En d'autres mots, être capable de prendre des décisions qui sont responsables, quelles que soient les pressions. Ça peut jamais être parfait, puis on n'a pas réponse à tout. Sauf qu'il faut à chaque fois regarder les choses en face pour prendre les bonnes décisions pour tout le monde, et surtout pour la prochaine génération de Québécois», poursuit-il.
Comme le titre de la campagne publicitaire l'indique, le premier ministre a choisi de miser beaucoup sur la responsabilité. «En politique comme dans la vie, il faut avoir le courage de ses convictions. J'ai fait le choix de la responsabilité. Je sais que c'est le bon», conclut Jean Charest.
Scrutin
La diffusion de ce message publicitaire vient stimuler la rumeur d'élections possibles à l'automne, alors que vient de prendre fin une session parlementaire qui a été marquée par le conflit étudiant et l'adoption de la loi 78.
Les résultats publiés samedi dans le quotidien Le Devoir d'un sondage en ligne réalisé entre mardi et jeudi démontrent d'ailleurs que 55 % des répondants appuieraient le déclenchement d'élections à la mi-août et que 49 % des sondés estimeraient que la crise étudiante ne pourrait se régler que par un scrutin. Ce même coup de sonde place le Parti libéral et le Parti québécois presque à égalité au chapitre des intentions de vote, le PLQ récoltant 33 % des appuis et le PQ, 32 %, alors que la Coalition avenir Québec et Québec solidaire suivent avec respectivement 19 % et 9 %. Le PQ récolterait 38 % du vote francophone, ce qui pourrait lui permettre de former un gouvernement minoritaire.