Le ministre Arcand a salué le travail des policiers. «S’il n’a pas été impeccable, il n’était pas loin d’être impeccable», a-t-il dit.

Proulx et Arcand satisfaits du déroulement du G7

Trop imposantes et coûteuses pour pas grand-chose, les dispositions entourant le G7? Les mesures de sécurité et de précaution mises en place pendant le Sommet, notamment de donner congé aux élus, étaient adéquates et ont certainement contribué à son bon déroulement, estiment les ministres Sébastien Proulx et Pierre Arcand. La députée péquiste de Taschereau, Agnès Maltais, a cependant été plus critique.

Les deux ministres se sont dits satisfaits que la rencontre internationale se soit déroulée sans heurts. Facile de critiquer après-coup et de dire qu’on en a trop fait, estime le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand. «Ça, on le dit aujourd’hui, mais on ne pouvait pas savoir la semaine dernière ce que ça pouvait être. Le fait que les parlementaires ne soient pas présents jeudi en fin de journée et vendredi a certainement contribué au calme également, parce qu’il y avait moins de cibles à ce moment-là. Dans ces dossiers-là, il faut toujours avoir le principe de précaution, c’est toujours ce qui est le plus important, et c’est ce qu’on a voulu faire.»

Même son de cloche de son collègue responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx. 

«D’abord, on s’est préparés, on a bien fait les choses, et l’ensemble des mesures qui ont été mises de l’avant a fait que nous avons le résultat que nous avons. […] Et si on avait fait différemment et qu’il y avait eu un résultat différent, on nous le reprocherait.»

Le ministre Arcand a aussi salué le travail des policiers. «S’il n’a pas été impeccable, il n’était pas loin d’être impeccable», a-t-il dit.

L’heure est maintenant au dédommagement pour les commerçants, qui ont subi des pertes de revenus en raison du faible achalandage. «Notre travail à nous, c’est de s’assurer qu’on puisse faire cheminer ces réclamations si elles sont admissibles dans ces programmes auprès du gouvernement fédéral», a indiqué le ministre Proulx.

Maltais critique

En point de presse lundi après-midi, la députée péquiste de Taschereau, Agnès Maltais, a été plus critique même si elle a avoué être reconnaissante envers la police de Québec pour avoir très bien empêché la casse durant les manifestations qui se déroulaient en marge du sommet du G7.

«J’ai quand même vu quelques gestes dont je questionne la légitimité: ces hélicoptères qu’on entendait de 5h du matin à minuit le soir étaient-ils nécessaires dans des rues désertes? Et ces policiers qui tapaient sur leurs boucliers avec leurs matraques? Également, j’ai une amie de 60 ans qui pèse 110 livres, qu’on a empêché d’aller s’acheter une bouteille d’eau parce qu’elle n’avait pas le droit de sortir de la manifestation...», a-t-elle raconté.

Mme Maltais espère que ces façons de faire ne deviendront pas la pratique usuelle en matière de manifestations. «Je ne pense pas que se promener, matraques en l’air, dans des rues vides soit nécessaire et les hélicoptères créaient une tension dans la ville. Je veux aussi comprendre la nécessité d’avoir un policier avec une mitraillette près des manifestants. Je suis d’accord pour empêcher la casse, mais il est clair pour moi que certaines manifestations de dissuasion étaient inutiles», a-t-elle analysé.

«Je veux qu’on revienne là-dessus et qu’on nous dise si ce qui s’est passé va devenir le modèle», a conclu Mme Maltais.