En réponse à une question d’un journaliste, mardi, Justin Trudeau avait semblé réfléchir longuement avant de s’exprimer au sujet des propos de Donald Trump, qui avait menacé de déployer l’armée pour faire cesser les violences aux États-Unis.
En réponse à une question d’un journaliste, mardi, Justin Trudeau avait semblé réfléchir longuement avant de s’exprimer au sujet des propos de Donald Trump, qui avait menacé de déployer l’armée pour faire cesser les violences aux États-Unis.

Propos de Trump: le silence de Trudeau résonne sur la planète, déplait à Ottawa [VIDÉO]

OTTAWA - Le silence éloquent de Justin Trudeau mardi a été remarqué à travers la planète. À Ottawa, certains doutent de la spontanéité du geste pendant que les adversaires politiques du premier ministre le critiquent.

La longue pause offerte aux caméras après une question sur Donald Trump et les manifestations antiracistes aux États-Unis [NOTE: à environ 18:40 de la vidéo qui suit ce texte] a été rapportée un peu partout, de Paris Match Belgique à L’Orient-Le Jour - un quotidien libanais - en passant par L’Obs, The Guardian et le LA Times. CNN, aussi, réseau particulièrement critique de l’administration Trump, a offert sur son site silence et image.

À Ottawa, le chef bloquiste estime que le premier ministre a obtenu le résultat qu’il recherchait. Tout de même, Yves-François Blanchet y voit une occasion ratée.

M. Blanchet est convaincu que le geste était calculé, que pendant ces 21 secondes de silence, M. Trudeau ne faisait que compter jusqu’à 20 avant de «partir la cassette».

«J’ai l’impression que tout ça est l’objet d’un minutieux calcul parce que quand il a pesé sur play, la cassette est partie», a raillé M. Blanchet lors d’une conférence de presse mercredi matin, à Ottawa.

«Le silence, dans ce cas-ci, parlant plus que les paroles (...), il s’agissait de laisser entendre qu’il était très réticent à dire ce qu’il pensait pour vrai. C’est un procédé de communication, à mon humble avis, d’un ancien professeur de théâtre», a-t-il poursuivi.

«Mais (...) calculé ou pas, ça ne projette pas une image de leadership, ni pour le premier ministre, ni pour le Canada», a-t-il jugé.

Précédant M. Blanchet devant le même micro, Jagmeet Singh a dénoncé tout silence devant le racisme.

«Son silence montre de l’hypocrisie parce que comment le premier ministre peut dire aux gens «vous devez vous tenir debout (face) à la haine» et en même temps, il reste silencieux quand la haine et le racisme existent avec les propos dangereux du président Trump?» a lancé le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Freeland à la défense

La vice-première ministre Chrystia Freeland est venue à la défense de M. Trudeau quelques heures plus tard.

«La réponse hier du premier ministre était éloquente et excellente», a-t-elle déclaré lors de la conférence de presse quotidienne des ministres du gouvernement Trudeau.

Invitée à spécifier si le silence de 21 secondes faisait délibérément partie de cette réponse, elle a offert ceci : «La réponse du premier ministre était la réponse du premier ministre.»

Le gouvernement canadien n’ira pas plus loin, préférant se concentrer sur le racisme à combattre en terre canadienne.

L’ancienne députée libérale fédérale Celina Caesar-Chavannes qui, durant son passage à Ottawa, a dénoncé haut et fort racisme et micro-agressions, a utilisé Twitter pour reprocher à son ancien chef sa trop longue pause.

Son gazouillis, repris quelques centaines de fois, a choisi l’ironie : «Si vous ne savez pas encore combien de temps vous devez vous lavez les mains pendant la pandémie, regardez ceci», a-t-elle écrit en partageant la vidéo et le silence de 21 secondes.

Le meurtre de George Floyd à Minneapolis a inspiré une poignée de manifestations antiracistes au Canada. Au sud de la frontière, des dizaines de villes sont secouées par cette affaire et se voient imposer des couvre-feux, pendant que le président Trump menace d’envoyer l’armée ou la garde nationale pour mater le mouvement.

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet à la Chambre des communes, à Ottawa, mercredi