La ministre du Travail Agnès Maltais

Premier face-à-face sur le régime de retraite en janvier

La première rencontre du maire Régis Labeaume et des villes avec les syndicats sur la délicate question des régimes de retraite aura lieu le 21 janvier, à Québec.
Le processus mis en place par la ministre du Travail Agnès Maltais pour s'attaquer au problème des déficits de retraite s'ouvrira par le forum entre municipalités et syndicats. La table prévue pour le milieu universitaire débutera le lendemain, le 22 janvier, à Québec aussi. Celle qui touche au secteur privé est à l'horaire le 24 janvier, mais elle aura lieu à Montréal.
Les participants ont été conviés, mais l'ordre du jour n'a pas encore été arrêté. Rappelons que la pression des maires a convaincu la ministre Maltais de réduire la durée de ces forums, qui demeure indéterminée.
«On n'a pas reçu d'ordre du jour et on ne sait pas encore qui participe à ça, indique Éric Forest, président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ). On va voir comment le gouvernement veut approcher ça. Est-ce une première rencontre de travail ou une réunion pour déterminer la démarche? C'est ce qu'on va voir.»
Espace de négociations
Le président de l'UMQ est persuadé que des pourparlers peuvent être enclenchés rapidement, mais qu'il faut impérativement s'entendre sur les objectifs. «L'enjeu, c'est de créer un espace de négociations qui permet à chacun de concocter sa propre recette pour atteindre ces objectifs», soutient M. Forest.
Le plan d'action sur les régimes de retraite déposé le mois dernier par la ministre Maltais prévoit un processus de deux ans pour forcer les parties à s'entendre. Après des négociations et la nomination d'un conciliateur du ministère du Travail, la Commission des relations du travail (CRT), appuyée par la Régie des rentes du Québec (RRQ), devrait trancher les litiges. Le dernier mot laissé à la CRT donne de l'urticaire au maire de Québec, ce qui a donné lieu à une prise de bec avec la ministre en fin d'année. M. Labeaume estime qu'il revient aux élus de trancher et que la CRT a tendance à favoriser la partie syndicale.
Au moins deux, peut-être trois projets de loi doivent encadrer le processus de résolution des différents entre les parties.
Les forums qui s'enclencheront dans deux semaines seront la première étape du processus proposé par la ministre. Un plan d'action qui fait suite au rapport D'Amours et à la commission parlementaire sur les régimes de retraite.