Selon Mia Homsy, directrice de l’Institut du Québec, le gouvernement ne peut pas être dogmatique, «si l’intégration va bien, mais qu’on n’augmente pas leur nombre, ça n’aurait pas de sens.»
Selon Mia Homsy, directrice de l’Institut du Québec, le gouvernement ne peut pas être dogmatique, «si l’intégration va bien, mais qu’on n’augmente pas leur nombre, ça n’aurait pas de sens.»

Pour des seuils d’immigration flexibles

Patricia Cloutier
Patricia Cloutier
Le Soleil
Faute d’avoir trouvé une «formule magique» permettant de fixer le nombre idéal d’immigrants que devrait accueillir le Québec, l’Institut du Québec (IDQ) recommande que les seuils d’immigration soient flexibles au Québec et révisés chaque année, afin de réagir plus rapidement au marché du travail changeant. Plus le Québec réussira à intégrer et à faire travailler ses immigrants, plus il devrait leur ouvrir la porte.