Le gouvernement Couillard doit prendre une pose et recentrer son message concernant le programme d'austérité qu'il déploie présentement au Québec.

Plan Nord et conservation: Couillard s'engage sur une tribune internationale

Québec a profité d'un congrès international qui se tient à Sydney, en Australie, pour réitérer l'engagement de protéger du développement industriel 50 % de l'immense territoire couvert par le Plan Nord.
Le premier ministre Philippe Couillard signe le message expédié à l'Union internationale de la conservation de la nature, organisatrice du Congrès mondial des parcs. Il y reprend pour l'essentiel l'objectif qu'avait son prédécesseur libéral Jean Charest.
Selon M. Couillard, d'ici 2020,20 % de la superficie du Plan Nord se retrouvera dans des aires protégées. D'ici 2035, les 30 % restants seront consacrés à la protection de l'environnement, à la sauvegarde de la biodiversité et à des fins autres que les activités industrielles.
Une réaction est parvenue d'un organisme participant au congrès. Un représentant du Pew Charitable Trust s'est dit «ravi» que le chef du gouvernement du Québec «ait réaffirmé les engagements importants pour la conservation du Plan Nord».
Au Québec, le groupe environnemental SNAP Québec a tenu «à saluer l'annonce gouvernementale». L'organisme affirme qu'il n'avait pas eu la certitude depuis l'élection de Philippe Couillard que la promesse du gouvernement Charest serait reprise pour ce qui est d'exclure les activités industrielles sur 600 000 kilomètres carrés.