Pierre Poilievre s'en est pris au gouvernement du premier ministre Justin Trudeau sur deux aspects bien précis, soit sa gestion des frontières et sa gestion des approvisionnements.
Pierre Poilievre s'en est pris au gouvernement du premier ministre Justin Trudeau sur deux aspects bien précis, soit sa gestion des frontières et sa gestion des approvisionnements.

Pierre Poilievre blâme le gouvernement Trudeau pour la crise de la COVID-19

La Presse Canadienne
OTTAWA - L'origine au Canada de la crise de la COVID-19 est un échec gouvernemental et non pas celui de la population ou du marché.

C'est ce qu'a affirmé Pierre Poilievre, porte-parole conservateur en matière de Finances, lors d'une conférence de presse tenue dimanche après-midi et lors de laquelle il devait s'attarder à la politique gouvernementale pour les petites et moyennes entreprises.

M. Poilievre s'en est pris au gouvernement du premier ministre Justin Trudeau sur deux aspects bien précis, soit sa gestion des frontières et sa gestion des approvisionnements.

«C'est la responsabilité de l'État fédéral de protéger nos frontières, c'est-à-dire d'empêcher des dangers d'y entrer. Qu'est-ce que le gouvernement de Justin Trudeau a fait par rapport à nos frontières? Il a permis à 50 000 gens de la Chine à entrer après que nos forces militaires ont averti le gouvernement de la crise de la COVID-19», a d'abord déclaré M. Poilievre.

«Il a été averti au début de janvier de ce danger et dans les deux mois qui ont suivi, il a permis à 50 000 personnes d'entrer au Canada du pays d'où provenait la crise. Alors, il a échoué à protéger nos frontières, ce qui est la responsabilité primordiale du fédéral», a-t-il renchéri.

À cela, M. Poilievre a ajouté que le gouvernement fédéral avait aussi la responsabilité de protéger les approvisionnements, notamment les masques protecteurs et autres équipements.

«Nous avons bâti un grand approvisionnement, dispersé partout au pays, disponible pour ces genres de virus, mais qu'a fait Justin Trudeau? Premièrement, il a donné 16 tonnes de cet équipement essentiel à la Chine après que la pandémie a été déclarée. Et, il y a quelques années, son gouvernement a détruit des millions et des millions de masques protecteurs et d'autres équipements essentiels, dont nous avons actuellement besoin», a mentionné M. Poilievre.

Des incitatifs «pervers»

Faisant un lien avec les compensations aux travailleurs et aux entreprises, M. Poilievre a affirmé qu'il ne s'agissait non pas d'un cadeau du gouvernement, mais d'une «compensation de cet échec».

«Il est en train de compenser les Canadiens avec leur propre argent pour ces échecs, a lancé M. Poilievre. C'est ça la situation actuelle. On n'a pas besoin de remercier le gouvernement Trudeau de renvoyer l'argent des Canadiens aux Canadiens pour compenser les erreurs qu'il a faites.»

«Oui, les conservateurs appuient l'aide d'urgence pour les familles et les entreprises qui ont tellement souffert à cause de ces erreurs, et nous disons aussi que le gouvernement devrait éliminer les erreurs et les fautes dans ces mêmes programmes», a aussi déclaré M. Poilievre.


« Qu'est-ce que le gouvernement de Justin Trudeau a fait par rapport à nos frontières? Il a permis à 50 000 gens de la Chine à entrer après que nos forces militaires ont averti le gouvernement de la crise de la COVID-19 »
Pierre Poilievre, porte-parole conservateur en matière de Finances

Répétant que son parti soutient les aides aux entreprises et familles, M. Poilievre a toutefois dit y voir certains incitatifs qu'il a qualifiés de «pervers».

Il s'est notamment attardé sur le fait qu'un travailleur qui se fait prendre à travailler pendant plus de huit jours par mois ne pourra pas recevoir la prestation d'urgence.

«Si l'employeur dit : “j'ai assez de travail pour 15 jours”, ce travailleur sera privé de l'opportunité parce que le programme enlève la prestation dès l'instant que la personne gagne plus de 1000 $. Ça, c'est une pénalité contre le travail et on ne devrait jamais, jamais punir le travail. Mais c'est ce que fait la conception de ce programme.»

M. Poilievre a aussi relevé ce qu'il considère être des lacunes dans l'aide apportée aux entreprises qui ont perdu beaucoup de revenus pour les aider à payer leur loyer.

«Pour se qualifier, a soulevé le porte-parole conservateur, les entreprises doivent avoir perdu 70 % de leurs revenus. Il y a certaines petites et moyennes entreprises qui ont gardé leurs portes ouvertes pendant la crise qui ont perdu 50 % de leurs revenus. Maintenant, (les dirigeants) sont en train de perdre leur entreprise parce qu'ils ne peuvent pas payer le loyer et l'aide que Justin Trudeau a annoncée n'est pas disponible à ces entreprises parce qu'ils n'ont pas assez perdu (de revenus).»

Donnant l'exemple d'épiceries ou d'autres services essentiels, M. Poilievre estime que des petites et moyennes entreprises devront fermer leurs portes pour pouvoir perdre assez d'argent et se qualifier pour l'aide du gouvernement.

M. Poilievre considère que le gouvernement devrait apporter des modifications à son programme pour aider les entreprises qui ont perdu beaucoup d'argent, mais moins que le seuil d'admissibilité de 70 % actuellement en vigueur, à recevoir de l'aide.