Tous les détails de ce remaniement ministériel, y compris le protocole, avaient été planifiés pour démontrer qu'après l'austérité, c'est «le début d'un temps nouveau» qui commence au Québec.

Peu de «simples députés» chez les libéraux

Après avoir nommé 28 ministres le 28 janvier, le cabinet de Philippe Couillard vient de gratifier 20 députés en les nommant «adjoints parlementaires» - adjoints de ministre, autrement dit.
En comptant les postes de président ou de vice-président des 10 commissions parlementaires permanentes de l'Assemblée nationale, le constat saute aux yeux: peu d'élus du gouvernement de Philippe Couillard peuvent être considérés comme de «simples députés».
Ils sont au moins 60 sur un total de 71 élus libéraux - en incluant le chef du gouvernement et le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon - à exercer une fonction officielle de plus que celle de député. Ils sont ministres, adjoints de ministre, présidents ou vice-présidents d'une commission parlementaire.
En fait, il serait plus exact de dire que 62 libéraux sur 71 portent un titre particulier, puisqu'il faut aussi glisser dans ce groupe le «whip en chef du gouvernement» et la présidente du caucus. Tous deux assistent aux réunions du Conseil des ministres.
La liste passe même à 64 si l'on y ajoute les deux élus libéraux qui sont aussi vice-présidents de l'Assemblée nationale.
Les rares députés n'exerçant aucune fonction ayant un titre particulier sont tout de même membres de l'une ou l'autre des commissions parlementaires de l'Assemblée nationale.
Comme l'indique la liste ci-jointe, les adjoints parlementaires épaulent les ministres dans des volets particuliers des mandats conférés par le chef du gouvernement.
Les indemnités
L'indemnité de base des 125 élus de l'Assemblée nationale est de 90 850 $. Elle est bonifiée selon les fonctions qu'ils exercent. Celle d'un ministre est majorée de 75 %, ce qui la porte à 158 988 $.
Celle d'un adjoint parlementaire l'est de 20 %, ce qui la porte à 109 020 $. Celle d'un président d'une commission parlementaire l'est de 25 %; celle d'un vice-président, de 20 %.
Des députés du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec sont aussi présidents ou vice-présidents de commissions parlementaires.
Notons que l'expression «simple député», si elle est commode pour distinguer les uns des autres, est récusée par les parlementaires. Plusieurs, mais pas tous, insistent régulièrement pour dire que «député» est «le plus beau titre» qu'ils portent.