Dans son communiqué, M. Chagnon précise que les travaux sur la transparence des dépenses se poursuivent.

«Petites culottes»: Jacques Chagnon regrette son ton

Sans s’excuser pour ses propos, le président de l’Assemblée nationale Jacques Chagnon regrette d’avoir fait référence aux «petites culottes» d’un journaliste en mêlée de presse jeudi.

Dans un communiqué publié vendredi, M. Chagnon indique qu’il «regrette le ton employé et la tournure de la mêlée de presse» de la veille. Il n’a pas souhaité accorder d’entrevue à ce sujet. 

À la sortie d’une réunion sur la transparence des dépenses des députés jeudi, M. Chagnon a expliqué aux médias présents que le coût des bouteilles de vin bues lors des missions parlementaires à l’étranger ne serait pas détaillé dans la nouvelle fiche proposée. Il n’appréciait visiblement pas les questions, car il a ajouté, en s’adressant au journaliste de Radio-Canada: «Ah et le coût de teinturier pour vos petites culottes non plus.»

Dans son communiqué, M. Chagnon précise que les travaux sur la transparence des dépenses se poursuivent. 

Une étude

Le Bureau de l’Assemblée nationale, qui compte des élus des principaux partis, a demandé à l’administration de réaliser une étude, pour ensuite lui faire des suggestions sur les réformes à mettre en place. 

Les fonctionnaires de l’Assemblée nationale devront faire l’inventaire des pratiques qui ont lieu dans les autres parlements canadiens et, possiblement, ailleurs dans le monde. L’étude devra porter sur l’ensemble des dépenses du député, comme son bureau de circonscription, son logement et ses missions. 

Cette étude, qui définira les meilleures pratiques, sera présentée aux whips des différents partis soit cet été, lors d’une réunion spéciale, ou l’automne prochain, après les élections.  

Rappelons qu’en avril, les parlementaires ont voté à l’unanimité une motion qui réclamait plus de transparence en ce qui a trait à leurs dépenses lors des missions à l’étranger. 

M. Chagnon s’était tout de suite dit d’accord. Lors de l’étude des crédits, il avait même acquiescé à la proposition d’élargir la transparence à d’autres dépenses. «Bâtissons pour les gens qui vont suivre», avait-il lancé, faisait référence aux députés qui seront élus le 1er octobre prochain. De son côté, M. Chagnon n’a pas l’intention de se présenter aux prochaines élections.