La difficulté à obtenir suffisamment de financement aura finalement eu raison de la campagne de Peter Julian.

Peter Julian abandonne la course à la direction du NPD

Le député Peter Julian jette l'éponge. Il abandonne la course à la direction du Nouveau Parti démocratique (NPD) trois mois avant le début du vote.
La difficulté à obtenir suffisamment de financement aura finalement eu raison de sa campagne.
«J'accepte le verdict de notre membership», a-t-il dit en conférence de presse, jeudi.
Les résultats du deuxième trimestre n'étaient pas à la hauteur de ses attentes. Peter Julian a réussi à amasser 80 000 $ depuis la fin de 2016, dont environ 30 000 $ au cours des trois derniers mois.
«80 000 $ c'est très bon pour une circonscription et j'ai eu beaucoup d'appuis bien sûr des concitoyens de New Westminster, mais pour une campagne nationale ça prend plus», a affirmé le député de New Westminster-Burnaby en Colombie-Britannique, ajoutant qu'il n'était pas prêt à s'endetter pour rester dans la course.
Son équipe espérait amasser le triple, selon une source bien au fait de sa campagne.
L'entrée du populaire député ontarien Jagmeet Singh dans la course à la direction en mai a changé la donne. Son financement surpasserait celui de tous les autres candidats. Un souper à 150 $ le billet tenu à Mississauga la semaine dernière aurait fait salle comble.
Les élections en Colombie-Britannique et l'instabilité qui s'en est suivie ont également rendu la tâche de Peter Julian difficile.
En vertu des règlements du NPD, les candidats fédéraux ne peuvent solliciter des dons dans les provinces en élection. Les membres du NPD fédéral sont également membres du parti néo-démocrate de leur province.
La Colombie-Britannique est la province où le NPD compte le plus de membres. L'élection a donné lieu à son lot de rebondissement au cours des derniers mois.
Le chef du NPD de la Colombie-Britannique, John Horgan, est devenu le premier ministre désigné de la province il y a une semaine après que les libéraux minoritaires eurent perdu un vote de défiance. L'avenir de son gouvernement est incertain puisqu'il repose sur une coalition avec le Parti vert, ce qui pourrait mener à une autre campagne électorale.
Cette incertitude a nui à Peter Julian qui, en plus de solliciter les mêmes membres que le NPD provincial, partage les mêmes bénévoles.
Le premier à se lancer
Le député fédéral avait été le premier à se lancer dans la course à la direction du NPD en février. Il avait d'emblée pris position contre les projets d'oléoducs Énergie Est et Kinder Morgan, forçant les autres candidats à se positionner rapidement sur cet enjeu qui divise la famille néo-démocrate.
C'est ce dont il est le plus fier.
«On a réussi à pousser les autres candidats dans notre direction aussi, a-t-il dit. La question d'élimination des frais de scolarité qui était bafouée au début quand j'ai soulevé ça en février, maintenant est acceptée par la majorité de nos candidats et candidate.»
Peter Julian est le deuxième candidat à se retirer après l'ex-ombudsman des vétérans Pat Stogran. Il se ralliera éventuellement à l'un des quatre candidats restants - Charlie Angus, Niki Ashton, Guy Caron et Jagmeet Singh - mais veut d'abord discuter avec chacun d'entre eux.
Il avait reçu les appuis de 12 députés et d'ex-députés dont Alexandre Boulerice, Pierre-Luc Dusseault, Robert Aubin, Brigitte Sansoucy et François Choquette.
Les candidats avaient jusqu'à lundi pour confirmer leur candidature. Le prochain débat aura lieu le 11 juillet à Saskatoon.