Pierre Karl Péladeau a contredit des informations véhiculées dans certains médias indiquant que Pierre Duchesne (photo) se verrait montrer la sortie dans les prochains jours.

Péladeau nie vouloir dégommer Pierre Duchesne

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, assure qu'il n'a aucune intention de renvoyer son chef de cabinet.
Le grand patron de la formation souverainiste contredit des informations véhiculées dans certains médias indiquant que Pierre Duchesne se verrait montrer la sortie dans les prochains jours.
«Pas du tout», a assuré M. Péladeau à la question d'une journaliste.
Il n'a pas voulu commenter plus avant les informations qui veulent que la grogne continue de couver dans son parti à l'endroit de M. Duchesne.
«Je n'ai pas l'intention de commenter les rumeurs dans les médias, a dit M. Péladeau. Pierre fait son travail [...], nous sommes au travail.»
Rumeurs de tensions
La démission de la directrice du service de la recherche, Louise-Andrée Moisan, à peine quatre mois après sa nomination, a ravivé les rumeurs de tensions liées au travail de M. Duchesne, ex-ministre et ex-journaliste. Son style hautain et tranchant lui est reproché. Le départ de Mme Moisan est vu par certains comme le prélude au renvoi du chef de cabinet.
Caucus du PQ à Jonquière
Le caucus du PQ se réunit à Jonquière mercredi et jeudi pour préparer la session parlementaire à venir. Mardi, plusieurs membres de la députation ont investi la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour rencontrer des acteurs économiques et sociaux locaux. Le parti est à l'offensive en vue de conserver la circonscription de Chicoutimi, laissée vacante par la démission du député péquiste Stéphane Bédard après avoir été relégué à un poste de critique à la justice. L'élection partielle doit se tenir avant le mois d'avril et les adversaires du PQ salivent à l'idée de leur ravir ce château fort.
«Nous sommes très heureux d'être au Saguenay pour tenir notre caucus, a déclaré M. Péladeau. Nous démontrons que les régions sont très importantes pour le PQ.»
Le chef péquiste estime que le premier ministre Couillard tourne le dos à la région qui l'a élu dans la circonscription de Roberval. «C'est assez curieux de constater qu'un premier ministre soit si peu attentif à sa région et qu'il ne s'investisse pas dans le développement économique», a dit M. Péladeau.