La ministre responsable de la Montérégie, Lucie Charlebois, a confirmé dimanche que les 4 millions manquants pour boucler le projet de parc intégral à Bromont seront réunis.

Parc des sommets de Bromont: Québec boucle le financement

Après des mois de tractations concernant l’avenir du Parc des sommets, le gouvernement du Québec a mis fin dimanche au suspense en annonçant à Bromont qu’il allouera les sommes nécessaires pour que le projet voie le jour.

Les 4 millions manquants pour boucler le projet de parc intégral seront réunis, a indiqué en point de presse la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie et responsable de la région de la Montérégie, Lucie Charlebois.

La somme se détaille par une aide de 1,6 million de dollars de la part du ministère du Tourisme. De son côté, le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatique ira jusqu'à 2,4 millions pour compléter la transaction. 

Rappelons que la somme globale pour acquérir le flanc sud du mont Brome, soit les monts Spruce et Bernard de même que le secteur du Val 8, s’élève à près de 8,3 millions de dollars en raison des taxes de vente applicables et de la création d’un fonds pour la protection à long terme du site.

Les partenaires dans cette initiative sont Conservation de la nature Canada (CNC), Protégeons Bromont, la Société de conservation du mont Brome, Corridor appalachien et les Amis des sentiers de Bromont. CNC injectera 1,5 million provenant de fonds sous gestion d’Ottawa et de Québec. De son côté, Bromont contribue au projet à hauteur de 2,75 millions (plus taxe). 

La date butoir avait été fixée au 28 février pour sécuriser la transaction avec le propriétaire du vaste site, Charles Désourdy, président de Bromont, montagne d’expériences. Sinon, le promoteur aurait pu y construire jusqu’à 27 maisons. 

Notons que le comité de la campagne de financement a dépassé en décembre son objectif d’amasser un million, avait dévoilé en primeur La Voix de l’Est. À ce jour, près de 40 000 $ excédentaires ont été recueillis. Ces sommes seraient entre autres investies dans des équipements pour l’entretien du parc ou dans la signalisation.

Infrastructures

Au montant requis pour l’achat du site de plus de 150 hectares s’ajoutent près de 1,2 million de dollars pour l’implantation d’infrastructures touristiques. 

À ce chapitre, le projet de parc intégral présenté à Québec prévoit entre autres l’aménagement d’un « parcours de ski de fond (critérium) dessiné par Pierre et Alex Harvey », l’ajout d’un refuge et d’un musée à même un bâtiment de type « cabane à sucre », la construction d’un trottoir de bois (caillebotis) pour garder les gens dans les sentiers afin de préserver les EFE puis d’un pavillon d’accueil, ainsi que la mise en place d’une navette électrique.

À ce jour, un des endroits potentiels pour ériger le pavillon d’accueil est le terrain attenant au site équestre olympique, appartenant à la Ville. Une soixantaine de cases de stationnement seraient aménagées à proximité du pavillon d’une superficie de 1600 pieds carrés. 

En ce qui concerne la construction du « refuge/cabane à sucre », pas question d’abattre des arbres pour faire un chemin. « On voudrait respecter le caractère champêtre de la forêt. Alors on a pensé utiliser le secteur plat communément appelé « Fer à cheval », avait indiqué Gérald Désourdy, membre du comité de financement. 

La bâtisse, dont la superficie avoisinerait 600 pieds carrés, serait en vieux bois, comme les cabanes d’antan, a-t-il précisé.

Tous les détails dans La Voix de l'Est lundi.