Ouverture du congrès de la CAQ à Sherbrooke

Beaucoup de yeux sont tournés vers le conseil général de la CAQ qui se déroule à Sherbrooke en fin de semaine. Comme la formation politique de François Legault mène dans les derniers sondages, les propositions sur la famille et les régions qui seront discutées par les membres risquent de faire jaser dans les prochains mois.

L’objectif est évidemment d’élaborer « le meilleur programme » d’ici les élections de 2018, a souligné M. Legault samedi matin.

Les Libéraux tiennent leur congrès en même temps à Québec, et le premier ministre Philippe Couillard n’a pas été tendre envers le chef de la CAQ dans son discours d’ouverture, le comparant à un « bricoleur » et un « amateur ».

« M. Couillard semble beaucoup s’intéresser à François Legault et à la CAQ en fin de semaine. Moi, je m’intéresse plus aux préoccupations des Québécois. Je vais continuer à défendre les idées de la CAQ en économie, en éducation, en santé. Moi, j’aime mieux proposer que critiquer », a renchéri M. Legault samedi matin.

Quant aux commentaires du premier ministre voulant qu’il change souvent d’idée, M. Legault l’invite à donner un exemple, « parce que quand je regarde nos propositions en économie, en santé, ce sont les mêmes propositions qu’il y a 6 ans ».

Gains en Estrie

François Legault n’a pas voulu spécifier quels comtés sa formation espérait prendre en Estrie lors des prochaines élections, ni dévoiler si un accent particulier serait mis dans Brome – Missisquoi, où siège le député Pierre Paradis, qui a été exclus du caucus libéral après des allégations d’inconduites sexuelles.

« Je sens qu’il y a quelque chose sur le terrain, a toutefois expliqué l’homme politique. Quand je rencontre des maires, j’ai l’impression qu’ils me posent des questions pointues comme si c’était fait que j’allais être premier ministre bientôt. Je ne prends rien pour acquis, mais oui il y a quelque chose de changé sur le terrain. »

Les discussions d’en fin de semaine porteront sur des dizaines de sujets variés, allant de la conciliation travail-famille à l’accès à internet en région, en passant par la préservation des églises, le transport collectif et l’amélioration des services en CHSLD.

Un million de «clients» avec un nouvel outil numérique

La CAQ demande à ses militants d’identifier dès maintenant un million de «clients» en vue des prochaines élections générales. Elle promet d’ailleurs «d’augmenter le niveau de stress sur le terrain».

À 10 mois des élections, la formation politique cherche à montrer qu’elle a une machine de guerre. Elle a révélé beaucoup de détails sur sa stratégie électorale numérique, samedi, dans un atelier animé par sa directrice générale et organisatrice en chef, Brigitte Legault.

Identifiant rapidement les 35 à 45 ans comme plus «favorables» à la CAQ, Brigitte Legault a demandé aux bénévoles caquistes de s’approprier son nouvel outil numérique, acquis cet automne au coût d’un million de dollars, pour tenter de les rejoindre.

La «Coaliste» est une application Internet qui centralise les informations sur les électeurs. Elle permet au parti politique d’ajuster son message en fonction des informations qu’il détient, au moment de faire des appels ou du porte-à-porte.

«L’arme secrète» des caquistes servira donc à «cerner le caquiste le plus payant en ville», c’est-à-dire la personne la plus apte à voter pour le parti aux prochaines élections.

Mme Legault encourage les bénévoles à utiliser les scripts déjà conçus par le parti lorsqu’ils s’entretiennent avec les «clients» potentiels. Les questions ont été «testées, testées, testées» lors de «centaines» d’appels.

«L’élément important, c’est de commencer le plus rapidement possible, a lancé la directrice lors de sa présentation au conseil général de la CAQ samedi, à Sherbrooke. Un coup qu’on vous a donné le secret de la Caramilk, vous êtes capables de le faire.»

Avec La Presse canadienne