Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Oui, Couillard a dénoncé le «terrorisme islamiste», admet Legault

François Legault reconnaît que Philippe Couillard a dénoncé le «terrorisme islamiste» la semaine dernière lorsqu'il a dévoilé une oeuvre artistique en mémoire des six Québécois tués dans l'attentat terroriste perpétré à Ouagadougou le 15 janvier 2016.
En marge de cette très émouvante cérémonie tenue à l'Assemblée nationale mardi dernier, le chef de la Coalition avenir Québec avait laissé entendre que le premier ministre du Québec avait volontairement ignoré cet aspect du drame.
À Saint-Jean-sur-Richelieu, où se déroule une réunion des membres de son aile parlementaire, 
M. Legault a indiqué ce lundi s'être alors laissé une porte de sortie en précisant qu'il ne croyait pas avoir entendu Philippe Couillard dénoncer le terrorisme islamiste. Lui-même avait pris part à la cérémonie.
«Jamais empressé»
Or, le premier ministre avait bel et bien dit qu'il fallait combattre le terrorisme islamiste. Après la cérémonie, devant des journalistes, M. Legault avait néanmoins insisté sur le fait qu'il fallait oser dire les choses, qu'il fallait oser dénoncer ce terrorisme, laissant ainsi entendre que M. Couillard ne l'avait pas fait.
M. Legault nie avoir été trop prompt à réagir ou avoir cherché à tordre les faits. «On va convenir que M. Couillard n'est jamais empressé de parler de ''terrorisme islamiste''», a résumé le chef caquiste.
L'oeuvre artistique dévoilée la semaine dernière honore la mémoire et le travail de coopération internationale de Suzanne Bernier, de Charlélie Carrier, de Maude Carrier, d'Yves Carrier, de Louis Chabot et de Gladys Chamberland.