Les nouveaux seuils porteront l’immigration au Canada à près de 1 % de la population totale - un chiffre qualifié par plusieurs analystes de nécessaire pour assurer la compétitivité de l’économie, alors que la population vieillit et que le taux de natalité diminue.

Ottawa haussera les seuils d’immigration

OTTAWA - Le gouvernement fédéral haussera graduellement les seuils annuels d’immigration au Canada, qui passeront de 300 000 cette année à 340 000 d’ici 2020.

En vertu de son «plan pluriannuel» des niveaux d’immigration, dévoilé mercredi, le Canada accueillera 310 000 nouveaux venus en 2018, puis 330 000 en 2019 et 340 000 en 2020.

Ces seuils porteront l’immigration au Canada à près de 1 % de la population totale - un chiffre qualifié par plusieurs analystes de nécessaire pour assurer la compétitivité de l’économie, alors que la population vieillit et que le taux de natalité diminue. Ces seuils sont par ailleurs bien loin des cibles recommandées l’an dernier par l’influent Conseil consultatif en matière de croissance économique, qui souhaitait plutôt l’accueil de 450 000 immigrants par année.

Le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, a expliqué mercredi que les cibles fixées par son gouvernement respectent la capacité d’accueil et d’intégration des Canadiens et des partenaires sur le terrain. Le ministre a rappelé qu’il faut maintenant offrir à ces immigrants les outils nécessaires à leur succès, tout en donnant le temps aux ressources d’accueil de s’ajuster aux hausses.

En fixant des seuils d’immigration pour plus d’une année, le gouvernement libéral rompt par ailleurs avec une pratique en cours depuis des dizaines d’années à Ottawa. Le ministre Hussen dit répondre ainsi aux divers intervenants dans ce dossier - provinces, municipalités, structures d’accueil, employeurs - qui réclamaient plus de prévisibilité à moyen terme.

Importante hausse de l'«immigration économique»

L’augmentation la plus importante du nombre d’immigrants accueillis au Canada sera observée dans la catégorie de l’«immigration économique», destinée à faire venir au pays des travailleurs qualifiés. Cette cible passera graduellement de 172 500 immigrants cette année à 195 800 d’ici 2020.

Par ailleurs, bien que le Canada ait accueilli en 2016 près de 60 000 réfugiés et personnes protégées, notamment avec l’arrivée de nombreux Syriens fuyant la guerre, ce record ne se répétera pas dans les prochaines années. Les seuils de réfugiés et de personnes protégées passeront de 40 000 cette année à 48 700 d’ici 2020.

+

LES SEUILS D'IMMIGRATION ANNONCÉS

2018

310 000: immigration totale

177 500: immigration économique

86 000: réunification de familles

43 000: réfugiés et personnes protégées

3500: humanitaire et autres

2019

330 000: immigration totale

191 600: immigration économique

88 500: réunification de familles

45 650: réfugiés et personnes protégées

4250: humanitaire et autres

2020

340 000: immigration totale

195 800: immigration économique

91 000: réunification de familles

48 700: réfugiés et personnes protégées

4500: humanitaire et autres