Les caquistes se sont réunis hier matin dans la métropole pour procéder à l'annonce de cette campagne de publicité qui a coûté 80 000 $ à la formation politique.

Nouvelles pubs de la CAQ: pour une «charte qui défend les contribuables»

François Legault veut «faire du judo» avec la charte de la laïcité et renverser les débats politiques vers la saine gestion des finances publiques, alors que des rumeurs d'une campagne électorale hivernale ou printanière s'intensifient.
La Coalition avenir Québec (CAQ) lance une vaste offensive publicitaire sous le thème «À quand une charte qui défend les contribuables?», une attaque ciblée contre le Parti québécois (PQ) et son projet de charte de la laïcité visant les employés de l'État.
Dès aujourd'hui, des panneaux publicitaires apparaîtront dans la grande région de Québec, à Trois-Rivières et à Montréal. Les caquistes se sont réunis dimanche matin dans la métropole pour procéder à l'annonce de cette campagne de publicité qui a coûté 80 000 $ à la formation politique.
La CAQ a choisi son slogan publicitaire dans l'espoir de ramener la priorité du gouvernement minoritaire de Pauline Marois vers les finances publiques et le fardeau fiscal des contribuables québécois.
M. Legault a notamment répété que le PQ avait «renié» sa promesse électorale de 2011 d'abolir la taxe santé et s'est insurgé contre les hausses de tarifs frappant selon lui durement la classe moyenne, dont les taxes scolaires et le coût de l'électricité. Les tarifs d'Hydro-Québec pourraient d'ailleurs augmenter de 5,8 % dès le 1er avril.
François Legault ne s'en cache pas, l'opération dévoilée dimanche matin est en une à saveur électorale. «Quand on voit Mme Marois faire 85 annonces [...], il n'y a plus de doute» sur ses intentions, a affirmé le chef de la CAQ en entrevue téléphonique.
Il faisait ainsi référence au blitz préélectoral, dévoilé il y a une dizaine de jours par Le Soleil, auquel s'est adonné le PQ la semaine dernière. Une quinzaine de ministres ainsi que la première ministre y ont participé, multipliant annonces et investissements en Mauricie et dans le Centre-du-Québec. Cette stratégie «indécente» a donné «la nausée» à François Legault, a-t-il pesté dimanche matin devant des militants.
La charte : débat à faire
M. Legault anticipait la semaine dernière la possibilité que le PQ puisse déclencher des élections aussi tôt qu'en février. Une campagne sous le signe de la charte de la laïcité, un thème qui n'enchanterait pas la CAQ. «C'est un débat qui doit être fait», a convenu M. Legault. Mais «Mme Marois veut laisser traîner le dossier pour faire des gains électoraux» et en profiter pour déclencher des élections.
Pure coïncidence ou geste calculé, le PQ a répliqué quelques heures après l'annonce de la CAQ en publiant sur son compte Twitter une publicité de recrutement. Le message était une invitation à «passer à l'action» et à «aider à faire du Québec un pays». Le PQ a aussi lancé un nouveau message publicitaire il y a une dizaine de jours, faisant la promotion de l'indépendance du Québec.
Les plus récents sondages ont démontré que la charte de la laïcité agissait comme locomotive pour le PQ. Un sondage CROP-Le Soleil-La Presse dévoilait à la fin janvier que la CAQ avait dégringolé à 16 % dans les intentions de vote. Dans ce même coup de sonde, 51 % des répondants se disaient favorables à l'encadrement du port des signes religieux ostentatoires à tout le personnel de l'État.
Quant à la position de la CAQ, qui propose d'appliquer l'interdiction seulement pour le personnel en autorité, 53 % des répondants étaient en accord.
***
Québec, «château fort» caquiste
Les régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches sont de nouveau dans la mire de la Coalition avenir Québec (CAQ) en vue des prochaines élections. Comme lors de la précédente campagne, François Legault vise le balayage des dix circonscriptions de la région métropolitaine. Sa formation en avait raflé setpt le 4 septembre 2012. C'est donc sans surprise que l'offensive publicitaire de la CAQ sera visible dans la grande région de Québec.
«Québec, ça reste notre château fort», a soutenu le chef caquiste.
Éric Caire (La Peltrie), Gérard Deltell (Chauveau), Denise Trudelle (Charlesbourg), Marc Picard (Chutes-de-la-Chaudière), Christian Dubé (Lévis), Sylvain Lévesque (Vanier-Les Rivières)et Michelyne C. St-Laurent (Montmorency) ont été élus en 2012.
Pour compléter le balayage, la CAQ devra déloger la ministre péquiste Agnès Maltais (Taschereau) ainsi que les libéraux Yves Bolduc (Jean-Talon) et Sam Hamad (Louis-Hébert).
Avec La Presse Canadienne