Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Véronique Laprise
Véronique Laprise

Nouvelle candidate conservatrice dans Beauport

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Véronique Laprise sera candidate pour le Parti conservateur lors des prochaines élections fédérales, dans Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d’Orléans—Charlevoix. 

«Quand tu es dans un gouvernement minoritaire, tu dois être prêt chaque jour», lance le lieutenant politique pour le Québec et député de Chicoutimi-Le-Fjord, Richard Martel. 

De nouvelles élections n'ont pas encore été lancées, mais les partis de l'opposition se disent prêt.

«On essaie d’anticiper un peu, mais souvent c’est toujours difficile à prévoir. Il y a une fenêtre qui s’ouvre au printemps, à ce moment-là on verra. Il faut être prêt en tout temps», ajoute M. Martel. 

Il a annoncé la mise en candidature de Mme Laprise lors d’une conférence de presse virtuelle mardi. La nouvelle candidate sera épaulée par le député de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles Pierre Paul-Hus pendant la campagne électorale.  

La circonscription de Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d’Orléans—Charlevoix est actuellement représentée par la bloquiste Caroline Desbiens depuis 2019. Elle était aux mains de la conservatrice Sylvie Boucher avant les dernières élections. 

Mme Desbiens compte d'ailleurs être elle aussi sur la ligne de départ lors de la prochaine campagne électorale. «Comme aurait dit mon père qui naviguait sur des goélettes dans le SaintLaurent : un capitaine ne laisse jamais son navire avant d’atteindre le port», avait-elle illustré.

Une date pour son investiture officielle n'a pas encore été fixée.

Une 2e campagne pour Véronique Laprise

Véronique Laprise est native de Beauport, mais elle était candidate dans Beloeil-Chambly lors des élections de 2019, la circonscription a été remportée par le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet.

«C’était important pour moi de revenir dans ma région natale. J’ai aimé faire la campagne en 2019, mais revenir dans ma région, c’est un autre niveau», confie-t-elle. 

Mme Laprise détient une maîtrise en gestion internationale de l’Université de Liverpool en Angleterre. Elle termine actuellement un doctorat en sciences des religions, son sujet d’étude porte sur les groupes extrémistes et les interventions policières.  

Elle a longtemps travaillé pour les Forces canadiennes, ainsi que pour la GRC. Le député Pierre Paul-Hus note entre autres qu’elle «sait comment la machine du gouvernement fonctionne».  

Belle-mère de jumeaux de deux ans et demi, Mme Laprise espère gagner la confiance des électeurs sur le terrain. «Ma force est le contact avec les gens», soutient-elle. 

Le député Richard Martel a indiqué que d’autres candidats conservateurs sont déjà choisis en vue des prochaines élections. Leur identité sera annoncée au moment opportun. 

«Officiellement, on en a une trentaine. Le reste suit son cours. On est très confortables», assure le lieutenant de Québec.  

La relance économique sera au cœur de ces prochaines élections. «Là-dessus, on a fait nos preuves au Parti conservateur», ajoute Richard Martel.  

Véronique Laprise assure donc que la machine est déjà en branle et qu’elle aspire à discuter avec les élus en place et les citoyens jusqu’au scrutin.  

«C’est certain que je veux que notre nouveau chef vienne dans la région. Il gagne à se faire connaître en personne», note-t-elle. 

Erin O’Toole a été élu chef du Parti conservateur au mois d’août 2020, il succède à Andrew Scheer. Mme Laprise ne s’était pas rangée de son côté pour cette nomination, mais explique que sa pensée a évolué après qu’elle eut rencontré M. O’Toole et discuté avec lui.