Justin Trudeau lors de la cérémonie de commémoration de l’attentat de la Grand Mosquée, lundi soir

«Nonos» de La Meute: les propos de Trudeau dérangent

OTTAWA — Les propos tenus lundi soir à Québec par Justin Trudeau font tiquer La Meute. Le premier ministre, qui a traité les membres du groupe nationaliste identitaire de «nonos», a été copieusement insulté par l'un des adhérents de premier plan de l'organisation, mardi.

Le premier ministre n'a pas manifesté de regret d'avoir déclenché l'escalade verbale qui se lit dans un message publié sur la page Facebook publique du regroupement par Sylvain «Maïkan» Brouillette, qui taxe Justin Trudeau — sans le nommer — de «trou de cul».

Le membre du groupe aux positions proches de l'extrême droite a affublé le chef libéral de cette épithète sous prétexte qu'il «a fait des associations et des amalgames révoltants» entre La Meute et le drame de la Grande Mosquée de Québec survenu le 29 janvier 2017.

Dans le discours qu'il a livré dans la Vieille Capitale lors de la cérémonie de commémoration de l'attentat qui a fait six victimes, Justin Trudeau a pesté contre les «racistes», ces «nonos qui se promènent avec les pattes de chiens sur le t-shirt».

C'est ce qui lui a valu la réplique de Sylvain «Maïkan» Brouillette — qui, selon ce que rapportait Vice News en décembre dernier, a abandonné son poste de chef de bande pour redevenir simple membre de La Meute. Il a été impossible de déterminer quelle est sa position hiérarchique actuelle.

«Un nono c'est quelqu'un qui voit une patte de chien au lieu de voir l'emblème du Québec surmontée de ses valeurs de démocratie, de làïcité [sic], de liberté et d'égalité», écrit-il dans sa tirade coiffée du titre «C'est quoi un nono?», sur sa page Facebook qui compte près de 17 000 abonnés.

L'auteur du message soutient également qu'«un nono ce n'est pas quelqu'un qui s'affirme pour défendre ses valeurs», mais bien «quelqu'un qui acceuille [sic] en héro [sic] dans son bureau un criminel comme Joshua Boyle».

Il fait référence à l'audience qu'a accordée Justin Trudeau dans son bureau du parlement à l'ancien otage des talibans en Afghanistan qui a été rapatrié au Canada en octobre dernier, et qui est depuis sous le coup de multiples accusations criminelles.

Il réserve aussi dans cette publication quelques mots à l'intention de Philippe Couillard. Sans le nommer, il accuse le premier ministre du Québec d'être un «nono» — dans son cas, pour avoir comparé «la colonisation du Canada avec l'immigration moderne».

Dans son allocution devant la foule réunie pour souligner le premier anniversaire de la tragédie, le premier ministre québécois s'est demandé pourquoi certains citoyens se sentaient plus Québécois que d'autres alors que leurs ancêtres sont aussi des immigrants.

«On est tous venus d'ailleurs rejoindre les Premières Nations, il n'y a que la date qui change. Et cette date ne détermine pas notre niveau de citoyenneté», a fait valoir Philippe Couillard, lundi soir, à Québec.

Pas de regret

Du côté d'Ottawa, Justin Trudeau n'a exprimé mardi aucun regret d'avoir eu recours au terme «nonos». En marge d'une annonce, il a au contraire promis qu'il serait «toujours là pour dénoncer ceux qui ne sont pas en train de bâtir une société meilleure et plus ouverte à tous».

Il a argué qu'il y avait «encore des gens intolérants à l'intérieur de notre société», et qu'il en allait de sa «responsabilité» comme premier ministre de «dire clairement quand des propos sont haineux, quand des déclarations ou des gestes sont inacceptables dans cette société».

En matinée, le maire de Québec a félicité le discours du premier ministre le soir de la commémoration. «J’ai trouvé Justin pertinent, très courageux. Il a parlé avec son cœur. J’ai bien rigolé avec “les nonos avec les pattes de chien”», a raconté Régis Labeaume, qui ne porte pas ce groupe dans son cœur.

Le député conservateur Pierre Paul-Hus ne partage pas cette lecture; selon lui, de tels propos sont indignes de la fonction qu'occupe Justin Trudeau. «Traiter ces gens-là de nonos, je trouve que ce n'est pas des mots qui devraient sortir de la bouche d'un premier ministre», a-t-il dit.

L'élu, qui représente une circonscription de la région de Québec, s'est ensuite demandé à voix haute pour quelle raison le premier ministre canadien avait ressenti le besoin d'évoquer La Meute pendant son allocution.

«Pourquoi parler de ces gens-là, pourquoi dans un discours devant un public qui est [prosterné] suite à un attentat, aller parler de ces gens-là de façon comme ça, en les traitant de nonos?» a-t-il lâché en mêlée de presse dans le foyer de la Chambre.

«Instrumentalisation» d'un «acte isolé»

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, qui effectuait son escale hebdomadaire à Ottawa, mardi, a trouvé «complètement déplacé» que le premier ministre ait «instrumentalisé» la cérémonie pour «culpabiliser l'ensemble d'une société» et faire «de la petite politique».

Car l'attentat survenu pendant la prière du soir à la mosquée le 29 janvier 2017 est «un acte isolé qui n'est d'aucune espèce représentatif de ce qui se passe dans la société québécoise» — on ne peut «partir d'un acte isolé et généraliser», a-t-elle laissé tomber en mêlée de presse.

De son côté, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh n'a pas commenté directement le choix de mots du premier ministre, sauf pour plaider qu'il valait mieux «parler d'unité» plutôt que de tomber dans le piège «des gens qui essaient de diviser».

«La réalité, c'est qu'on est plus forts quand on est ensemble. Et moi, je fais la promotion des politiques d'amour pour vaincre la politique de division, la politique de la haine», a-t-il offert alors qu'il était de passage au chantier maritime Davie, à Lévis.  Avec Jean-François Néron

+

Dans un message publié mardi matin sur la page Facebook publique du groupe Sylvain «Maïkan» Brouillette a surenchéri en taxant - sans le nommer - le premier ministre canadien de «trou de cul».