Le ministre des Finances, Carlos Leitão, livrera la mise à jour économique et financière du gouvernement du Québec mardi prochain, soit plus tôt que ces dernières années.

Mise à jour économique: Québec réinvestit des centaines de millions plus tôt

Le ministre des Finances, Carlos Leitão, livrera la traditionnelle mise à jour économique et financière du gouvernement du Québec mardi prochain, soit plus tôt que ces dernières années, alors que cet exercice se déroulait généralement à la fin novembre, voire au début décembre.
Une décision prise par le gouvernement pour que les réinvestissements attendus aient davantage d'impact sur les services publics dès la présente année, dit-on en coulisses.
Des interlocuteurs dans des partis d'opposition font remarquer de leur côté que des élections partielles seront déclenchées sous peu.
Comme Le Soleil l'a rapporté il y a deux semaines, la hauteur des réinvestissements dans les services publics devrait s'élever à «plusieurs centaines de millions» de dollars sur «une année pleine».
Par «année pleine», il faut comprendre que les réinvestissements totaux se matérialiseront en 2017-2018, soit à partir du 31 mars prochain.
Concernant l'année financière en cours, celle courant depuis le 1er avril et se terminant en mars, les sommes réinvesties le seront au prorata du nombre de jours restant d'ici la fin mars.
La santé privilégiée
Philippe Couillard a indiqué ces derniers temps que son gouvernement privilégierait le grand domaine de la santé et des services sociaux. Ce secteur roule avec un budget annuel de 30 milliards $. Sans évoquer la moindre somme et sans s'ouvrir sur un quelconque échéancier, le premier ministre a déjà mentionné la santé mentale, les personnes âgées, les CHSLD et les soins à domicile.
De nouvelles sommes seraient aussi dirigées vers l'éducation et vers ce que M. Couillard a appelé la «nouvelle économie».
Ces injections de fonds sont rendues possibles, dit-on, grâce à l'atteinte de l'équilibre budgétaire et à l'apparition de surplus. Pour l'année 2015-2016, ils dépasseraient 1,8 milliard $. C'est ce que devrait confirmer M. Leitão mardi.
Ce surplus de l'an dernier est placé dans une «réserve de stabilisation». Par effet mécanique, il permet au gouvernement de se dégager des marges de manoeuvre immédiates et d'agir avant la présentation du budget du Québec du printemps prochain.
Le ministère des Finances s'attend à dégager d'autres surplus au cours des prochaines années.
Baisses d'impôt plus tard
Mardi, à l'Assemblée nationale, le chef caquiste, François Legault, a réitéré sa demande d'offrir dès cette année une baisse d'impôt de 500 $ à chaque contribuable.
Philippe Couillard lui a dit non. Il a indiqué qu'il procéderait d'abord à des réinvestissements dans les services publics, sans toutefois exclure d'offrir des baisses d'impôt d'ici les prochaines élections générales, en octobre 2018.
«On va bien évaluer de façon prudente, j'insiste sur le mot prudente, la partie du surplus budgétaire qui va se répéter année après année et on va faire un sage équilibre entre l'allègement fiscal et les investissements essentiels, surtout en éducation, en santé et pour la nouvelle économie», a déclaré le premier ministre.
Le chef de l'opposition officielle, Jean-François Lisée, s'est dit opposé à des baisses d'impôt à court terme. «Je pense que dans l'état actuel de la dégradation des services, la priorité est de bien s'occuper de nos enfants, de nos aînés», a-t-il dit.