«Les montants vont être là. C'est seulement l'augmentation qu'elles n'auront pas pendant un an, le temps de faire la formule», a indiqué Maxime Bernier.

Maxime Bernier promet de nouveaux appuis du Québec

Le candidat à la direction du Parti conservateur du Canada Maxime Bernier affirme que des membres du caucus québécois annonceront sous peu leur appui à sa campagne.
Le député beauceron a formulé cette promesse en réaction à la claque qu'il a reçue cette semaine lorsqu'un de ses adversaires dans la course, le Saskatchewanais Andrew Scheer, a dévoilé qu'il était soutenu par 4 des 12 députés conservateurs que compte la province, soit Pierre Paul-Hus, Sylvie Boucher, Alain Rayes et Luc Berthold. 
Selon M. Bernier, si ces derniers lui ont tourné le dos, c'est qu'ils ne sont pas d'accord avec sa promesse voulant qu'il mette fin à la gestion de l'offre. «C'est bien certain que j'aurai aimé avoir leur appui», a-t-il admis en entrevue au Soleil. Mais moi, je pense que c'est la meilleure politique pour l'ensemble du Québec. Eux veulent protéger le statu quo et les privilèges des agriculteurs. C'est une idéologie que je respecte, mais je n'ai pas fait de compromis sur les principes de notre campagne pour avoir l'appui de députés.»
Pour l'instant, il n'y a que Jacques Gourde qui fait campagne aux côtés de Maxime Bernier. Mais cette courte liste pourrait s'allonger bientôt, assure-t-il. «Vous pouvez être certaine que dans les prochains jours, certains autres membres du caucus, tant sénateurs que députés, vont se prononcer en appuyant ma candidature», a soutenu M. Bernier. 
Aussi candidat dans la course, Steven Blaney a quant à lui fait valoir après avoir appris qu'un non-Québécois lui damait le pion dans la province qu'il faisait campagne auprès de tous les membres du PCC et non pas seulement ceux siégeant au Parlement. Le sénateur Jean-Guy Dagenais l'appuie.