C'est vers 21h45, alors que le suspense était depuis longtemps terminé, que Philippe Couillard est arrivé avec Ihssane El Ghernati au restaurant l'Immédia à Cap-Rouge où ils ont été chaudement accueillis par des dizaines de partisans dont la majorité ne semblait pas surprise par l'issue du vote.

Malgré la défaite, Philippe Couillard se veut rassurant

Malgré l'importante défaite de sa candidate dans Louis-Hébert, Philippe Couillard a assuré aux électeurs de la circonscription qu'il allait respecter les engagements pris par Ihssane El Ghernati pendant sa campagne. Il a également voulu rassurer les Québécois sur la direction de son gouvernement.
«On n'a pas eu le résultat qu'on souhaitait, mais laissez-moi vous dire qu'il y aura d'autres soirs de victoires, d'autres matins heureux où ensemble on va faire gagner avec le Québec ce qu'on aura mérité ensemble par nos efforts, nos engagements qui demeurent profonds et entiers envers tout le Québec», a lancé le premier ministre. 
C'est vers 21h45, alors que le suspense était depuis longtemps terminé, que M. Couillard est arrivé avec Mme El Ghernati au restaurant L'Immédia à Cap-Rouge. Ils ont été chaudement accueillis par des dizaines de partisans dont la majorité ne semblait pas surprise par l'issue du vote. 
Le premier ministre a été le premier à prendre la parole. Il s'est d'abord adressé aux citoyens de Louis-Hébert et plus particulièrement à ceux de Cap-Rouge et de Saint-Augustin, qui souhaitent respectivement le déménagement de l'usine Anacolor et le prolongement de l'autoroute Félix-Leclerc en jurant que les libéraux ne les abandonneraient pas. 
«On va le faire!, a-t-il lancé. [...] Et on va s'occuper de la qualité de vie de nos aînés, de nos écoles, nos collèges, nos institutions publiques dans le comté de Louis-Hébert, c'est comme ça qu'on fait de la politique», a-t-il répété à plusieurs reprises. 
En interpellant les Québécois, cette fois, Philippe Couillard a choisi de défendre le bilan économique de son gouvernement. «Vous voulez savoir ce qu'on va faire maintenant? Nous allons continuer, nous allons continuer à bien gérer votre argent, les finances publiques [...]», a-t-il lancé. 
Très émue par la présence de sa famille, ses amis et de nombreux bénévoles l'ayant appuyé pendant la campagne, Ihssane El Ghernati a été plus brève dans ses commentaires, se contentant de remercier les uns et les autres pour leur soutien. Elle n'a pas souhaité s'adresser aux médias contrairement au ministre de la Capitale-Nationale, François Blais, qui s'est employé à minimiser l'impact de la défaite tout en admettant que la population a voulu envoyer un message au gouvernement. 
Blais minimise la défaite
«On revient à la situation 2014 en termes de nombre d'élus de libéraux, on avait gagné Chauveau, les gens ne s'y en attendaient pas, on a perdu Louis-Hébert», a-t-il fait valoir, mettant en garde les journalistes de tirer des conclusions trop rapides. 
«Faites attention, une partielle ça ne prédit pas ce qui va se passer dans une générale. Sortez vos manuels de science politique ce soir, c'est un assez mauvais prédicateur», a conseillé l'universitaire de carrière.
«Le château fort de Sam Hamad» 
Tout au long de la soirée, plusieurs bénévoles ont confié au Soleil avoir vu venir le nuage gris. «Beaucoup de gens disent que Louis-Hébert c'est le château fort des libéraux, mais c'était le château fort de Sam Hamad», a résumé Jacques Marcoux qui n'a jamais digéré que Philippe Couillard «tasse» l'ex-député. À son avis, beaucoup d'électeurs partageaient sa colère qui s'est finalement traduite en défaite libérale.