Guillaume Boivin

Louis-Hébert: il est temps de débattre des vrais enjeux, dit QS

Le candidat de Québec solidaire dans Louis-Hébert, Guillaume Boivin, estime que tout le «brouhaha» de la dernière semaine a occulté les enjeux réels de l'élection et qu'il est temps d'en débattre avec les candidats.
L'avocat en droit social, qui conduit aussi des taxis la fin de semaine pour garder «contact avec la réalité du comté», avoue avoir connu un contexte «très particulier» et «inattendu» alors que les candidats caquiste et libéral ont été éjectés coup sur coup. 
Selon M. Boivin, ces candidatures, qui étaient toutes deux présentées comme «économiques», témoignent que le Parti libéral du Québec et la Coalition avenir Québec recrutent dans les mêmes sphères leurs candidats. 
Le candidat trouve malheureux qu'il ait fallu que des révélations semblables sortent publiquement pour qu'ils [le PLQ et la CAQ] présentent des femmes, pour qu'il y ait une autre personne dans la trentaine».
Aussi présent lors du lancement de la campagne de Guillaume Boivin, dimanche, le député Amir Khadir a laissé entendre que «ceux qui représentent vraiment ce que le Parti libéral est et que tout le monde connaît, et ce que la CAQ aussi malheureusement est, parce qu'ils viennent des mêmes talles, ce sont les deux premiers [candidats], Éric Tétrault et Normand Sauvageau».
Prudent, Guillaume Boivin n'a pas voulu directement mettre en doute l'intégrité de sa nouvelle adversaire libérale Ihssane El Ghernati, une ex-attachée politique de Sam Hamad. Selon lui, «il y a des questions à se poser», auxquelles il n'apporte pas de réponse. «Je mettrais en garde la population de Louis-Hébert pour ne pas se retrouver de nouveau avec quelqu'un à la Éric Tétrault ou à la Sam Hamad», a-t-il commenté. 
Le candidat solidaire entend recueillir l'appui d'une majorité d'électeurs le 2 octobre prochain en proposant notamment une solution concrète aux problèmes liés à l'usine d'Anacolor, dans Cap-Rouge.
M. Boivin souhaite militer en faveur de l'adoption d'une charte de l'environnement, qui permettrait selon lui d'éviter de tels problèmes de pollution. Il accuse aussi les libéraux d'avoir «lancé la balloune» d'un troisième lien, et suggère plutôt de pencher en faveur d'un projet «structurant» pour la région métropolitaine de Québec.