Samedi, les délégués du Parti québécois ont donné un bel appui à leur chef, Jean-François Lisée.

Lisée haut la main avec 92,8 % d'appuis

Avec un appui de 92,8 %, Jean-François Lisée a passé haut la main le test du vote de confiance auquel ont participé les délégués réunis au 17e congrès du Parti québécois (PQ). Il fait presque aussi bien que Pauline Marois en 2011, qui avait recueilli l'appui de 93,08 % des délégués à ce moment-là.
«Quelle émotion!», a lancé le chef du PQ en début de soirée samedi, à Montréal.
«Ma récompense», a-t-il dit aux délégués, est le message envoyé aux Québécois. Un message qui dit que le Parti québécois est uni, solide et digne de la confiance de tous les électeurs, s'est-il réjoui.
«Le Parti québécois veut que les femmes et les hommes d'ici se gouvernent enfin eux-mêmes. L'indépendance, c'est donner le meilleur de nous-mêmes. Et c'est en soi la récompense.»
Le chef péquiste a donné rendez-vous aux électeurs en octobre 2018.
Jean-François Lisée a fait mieux que tous ses prédécesseurs, à l'exception de Mme Marois dont il a presque égalé le score, toutefois.
En 2005, Bernard Landry avait tout quitté sur-le-champ en récoltant le soutien de seulement 76 % des délégués du congrès tenu cette année-là. En 1996, Lucien Bouchard était demeuré en poste en obtenant le même score de 76 %.
Il y a quelques jours encore, peu de gens s'attendaient à ce que M. Lisée soit plébiscité à un tel niveau. C'est une très grosse victoire pour lui.
***
«On ne fait pas dans la numérologie»
Questionné sur le test du vote de confiance à maintes reprises ces dernières semaines, Jean-François Lisée avait toujours refusé mordicus d'indiquer quel était à ses yeux le score minimal acceptable pour rester en fonction. Son entourage affichait le même mutisme, comme s'il s'agissait d'un sujet tabou.
Vendredi, à leur arrivée au congrès, les députés péquistes refusaient eux aussi de se prononcer sur le sujet ou de prédire l'issue du vote. Ils se montraient tous confiants, mais évasifs. Personne au PQ n'osait dire à quelle hauteur on devait fixer la barre. «Ça va bien aller», disaient tous les députés questionnés sur le sujet, en tournant les talons sans vouloir ne rien ajouter. «On ne fait pas dans la numérologie», a tranché le député de Matane, Pascal Bérubé.
Environ 1500 membres pouvaient exercer leur droit de vote. Le taux de participation a été de 96,4 %. Chose certaine, tout chiffre inférieur à 80 % aurait été qualifié de catastrophique pour l'avenir de M. Lisée à la direction du parti.  La Presse Canadienne