Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le ministre André Lamontagne
Le ministre André Lamontagne

Les souliers de Marie-Eve Proulx déjà chaussés dans Chaudière-Appalaches et Bas-Saint-Laurent 

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
La région de Chaudière-Appalaches est dorénavant représentée au Conseil des ministres du Québec par André Lamontagne, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, tandis que la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, devient responsable de la région du Bas-Saint-Laurent.

Au lendemain de la démission de Marie-Eve Proulx de ses fonctions de ministre pour des histoires répétées de harcèlement psychologique au travail, François Legault a redistribué ses responsabilités autour de la table du Conseil des ministres.

La principale tâche de la députée de Côte-du-Sud était celle de ministre déléguée au Développement économique régional. Ces dossiers retournent sur le bureau du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, qui en partagera le poids avec la ministre déléguée à l’Économie, Lucie Lecours, promue à ce titre le 24 février.

Quant à ses mandats auprès de régions précises, rappelons que Mme Proulx avait déjà perdu la responsabilité de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine justement le 24 février, au profit du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et député de Charlesbourg, Jonatan Julien.

Cette fois, Chaudière-Appalaches atterrit entre les mains du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et député de la circonscription de Johnson, dans le coin de Drummondville. M. Lamontagne est aussi déjà ministre responsable de sa région du Centre-du-Québec.

Pour le Bas-Saint-Laurent, une autre Mme Proulx prend la relève. La ministre du Tourisme est députée de Berthier et déjà ministre responsable elle aussi de sa propre région, Lanaudière.

Outre Marie-Eve Proulx, la Coalition avenir Québec (CAQ) a un autre député dans le Bas-Saint-Laurent et monopolise la région de Chaudière-Appalaches avec sept élus sur sept circonscriptions, mais aucun de ces huit caquistes n’est au Conseil des ministres.