Sans l'entente, M. Lisée croit que les migrants se présenteraient aux postes frontaliers et suivraient les procédures normales.

Les migrants doivent passer par les postes frontaliers, croit Lisée

Inquiet de la situation en ce qui a trait aux nombreux demandeurs d'asile à la frontière, le chef du Parti québécois a fait parvenir une lettre aux premiers ministres du Québec et du Canada, réclamant la suspension de l'Entente entre le Canada et les États-Unis sur les tiers pays sûrs.
Selon Radio-Canada, Jean-François Lisée a transmis cette missive officielle dans le but de mettre un terme à la crise qui est devenue, selon lui, un «problème d'acceptabilité sociale».
M. Lisée estime que le maintien de l'Entente sur les tiers pays sûrs entraîne «des conséquences indignes de ce à quoi peuvent s'attendre les Québécois en matière d'accueil des réfugiés».
Cet accord permet aux demandeurs d'asile de traverser la frontière à des points de passage non reconnus. Cette démarche est illégale et ces migrants sont placés en état d'arrestation une fois au pays, mais ne peuvent être refoulés aux États-Unis comme ce serait le cas à un poste frontalier.
Sans cette entente, M. Lisée croit que les migrants se présenteraient aux postes frontaliers et suivraient les procédures normales.
Le chef péquiste somme les gouvernements fédéral et québécois de déployer «de toute urgence une campagne d'information» pour renseigner les personnes cherchant l'asile que «la majorité des demandeurs actuels verront leur requête rejetée».
Par cette lettre, Jean-François Lisée a ainsi officialisé la demande qu'il avait déjà faite jeudi en conférence de presse.